La Commission européenne "étonnée" du moment choisi par S&P

14/01/12 à 12:05 - Mise à jour à 12:05

Source: Trends-Tendances

Le commissaire européen chargé de réguler les marchés financiers et l'activité des agences de notation, Michel Barnier, s'est "étonné" samedi du moment choisi par Standard & Poor's pour dégrader plusieurs pays alors que la zone euro est en passe de durcir ses règles budgétaires.

La Commission européenne "étonnée" du moment choisi par S&P

© Image Globe

"Alors que tous les gouvernements et toutes les institutions européennes sont mobilisés" pour renforcer la maîtrise des comptes publics et la gouvernance de l'Union monétaire, "je reste étonné du moment choisi par l'agence Standard and Poors et sur le fond, de son évaluation qui ne prend pas en compte les progrès actuels", a-t-il indiqué dans une déclaration transmise à l'AFP.

La Commission européenne "regrette la décision aberrante" de S&P

Le commissaire européen aux Affaires économiques Olli Rehn a de son côté "regretté la décision aberrante de Standard and Poor's", qui a abaissé la note de neuf pays de la zone euro vendredi, dans un communiqué.

"Après avoir vérifié que le moment n'a pas été choisi au hasard, je regrette la décision aberrante prise aujourd'hui par Standard and Poor's concernant la note de plusieurs pays de la zone euro, au moment où celle-ci agit de manière décisive sur tous les fronts pour répondre à la crise", écrit-il.

"Cette initiative rend encore plus nécessaires la consolidation budgétaire et les réformes structurelles" des pays de la zone euro, "ainsi que le fait de trouver des réponses aux fragilités du secteur bancaire, de renforcer nos défenses financières et notre gouvernance économique", poursuit M. Rehn, qui souligne que "les récentes décisions de l'UE, combinées aux actions de la Banque centrale européenne, ont contribué à relâcher les tensions sur le marché des dettes souveraines".

"Il est désormais important de finaliser aussi rapidement que possible la forme et le fonctionnement du Mécanisme européen de stabilité (MES) et, comme l'ont décidé les chefs d'Etat et de gouvernement le 9 décembre, d'avancer son entrée en vigueur à juillet 2012", ajoute-t-il.

Trends.be, avec Belga.

Nos partenaires