La Belgique perd une place au classement mondial de la compétitivité

03/09/14 à 13:01 - Mise à jour à 13:01

La Belgique, désormais 18e, a perdu une place au classement mondial des pays les plus compétitifs, ressort-il mercredi du Global Competitiveness Report du Forum économique mondial (WEF). La Suisse et Singapour dominent toujours le classement, tandis que les Etats-Unis montent sur la troisième marche du podium.

La Belgique perd une place au classement mondial de la compétitivité

© REUTERS

La Belgique, malgré ce recul au classement, a amélioré son score en matière de compétitivité grâce à de meilleures performances macro-économiques et un déficit budgétaire moindre qu'en 2013, souligne le WEF. Les points forts relevés sont le système de soins de santé et un enseignement primaire d'excellente qualité (2e place), un enseignement supérieur et un système de formation remarquables (5e place), excellant dans l'enseignement des mathématiques et des sciences (3e place), et des écoles de gestion prestigieuses (2e place), souligne la Vlerick Business School, partenaire du WEF pour l'élaboration du rapport. La Belgique peut également compter sur un niveau de maturité technologique élevé (14e place) et sur des entreprises très sophistiquées (10e) et innovantes (13e).

A contrario, pour son système fiscal, sa charge réglementaire et le caractère très restrictif de sa réglementation du travail, la Belgique se positionne en dessous de la 120e place. Le manque d'efficience du gouvernement et l'ampleur de la dette sont pointés du doigt.

"La maturité technologique, la création et l'adoption de nouvelles technologies et l'orientation internationale des entreprises belges démontrent leur volonté de réussir sur des marchés concurrentiels à l'échelle mondiale", commente Leo Sleuwaegen, professeur à la Vlerick Business School. "Il est regrettable que des réglementations du travail restrictives et les effets négatifs de la fiscalité sur les incitations en faveur de l'investissement et du travail continuent d'entraver la création de nouvelles entreprises et la croissance des entreprises locales."

La Belgique s'était classée 17e lors des deux années précédentes et 15e en 2011, mais avec un score de compétitivité équivalent à celui obtenu en 2014. La Belgique ne parvient pas à combler l'écart qui la sépare de l'Allemagne (5e place), des Pays-Bas (8e place) et du Royaume-Uni (10e place), mais reste néanmoins devant le Luxembourg (19e place) et la France (23e place).

Derrière la Suisse - qui domine le classement pour la sixième année consécutive - et Singapour, les Etats-Unis passent de la 5e à la 3e place et devancent désormais la Finlande (4e) et l'Allemagne (5e). La situation des pays en crise de la zone euro s'améliore, selon le WEF. Le Portugal progresse ainsi de 15 rangs à la 36e place, tandis que la Grèce est désormais 81e, soit 10 places de mieux qu'il y a un an. "Ces deux pays semblent avoir fait des progrès considérables pour améliorer le fonctionnement de leurs marchés respectifs et l'allocation des ressources productives."

Le pays le moins compétitif parmi les 144 étudiés par le WEF est la Guinée, précédée par le Tchad et le Yémen.

Le classement se fonde sur une enquête approfondie menée auprès de plus de 14.000 chefs d'entreprise et combinée à diverses données objectives mesurant la compétitivité de chaque pays.

En savoir plus sur:

Nos partenaires