Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

28/01/16 à 13:44 - Mise à jour à 15:24

La BCE peut-elle faire rebondir durablement nos économies?

Les investisseurs boursiers sont de moins en moins rationnels. Il suffit de regarder ce mois de janvier pour s'en convaincre. Alors qu'aucune nouvelle catastrophique n'a vu le jour au cours de ces dernières semaines, ils ont décidé de broyer du noir et ont envoyé au tapis la plupart des actions.

La BCE peut-elle faire rebondir durablement nos économies?

© iStock

Ce qui rend ces investisseurs encore plus irrationnels, c'est leur foi quasi aveugle dans le pouvoir des banques centrales. Il a suffi, par exemple, que le président de la banque centrale européenne dise qu'il n'hésiterait pas à utiliser tous les outils dont il dispose pour permettre un rebond des bourses européennes.

Franchement, croire que la Banque centrale européenne peut faire rebondir durablement nos économies, cela relève de la science-fiction. Premièrement, la banque centrale n'a aucun moyen d'influer sur la croissance mondiale. Deuxièmement, elle n'a aucune influence non plus sur l'inflation car celle-ci dépend beaucoup du prix des matières premières et de l'énergie.

En fait, comme le fait remarquer Simone Wapler, une analyste bien connue en France, le vrai rôle de la banque centrale européenne, derrière toutes ces déclarations officielles visant à sauver l'économie de la zone euro, est simple: elle veut d'abord protéger les banques qui restent fragiles en zone euro.

Partager

Croire que la BCE peut faire rebondir durablement nos économies, cela relève de la science-fiction.

On en parle peu mais les banques italiennes sont sous pression en ce moment. On a même évoqué un crash bancaire italien, la semaine dernière. L'Italie est la troisième économie de la zone euro, ce n'est donc pas négligeable.

Pensez également à la Deutsche Bank, qui n'est pas la petite banque du coin, et qui a dû passer des provisions colossales en 2015 pour payer certaines amendes judiciaires, de l'ordre de plusieurs milliards d'euros. La banque n'est pas au bout de ses peines, car 30.000 procédures judiciaires ont été lancées contre cette banque, notamment pour des manipulations de marché.

Ensuite, ce que veut aussi faire la banque centrale européenne, c'est faire absolument remonter l'inflation à 2%. Pour une raison très simple, nous dit Simone Wapler, ce taux d'inflation permet de ronger les dettes publiques même si elle ronge en même temps l'épargne des citoyens.

En résumé, pour Simone Wapler, le vrai rôle de la banque centrale européenne, c'est de venir au secours des banques et des Etats ultra endettés. Dans son style toujours aussi rafraichissant, Simone Wapler ose même écrire "que les banques centrales ne sont pas au service de l'économie, elles sont au service des banques, de l'industrie du crédit et des marchés financiers". Elle ajoute même : "les banques centrales sont au service des banques, sinon, elles ne s'appelleraient pas banques centrales. Les noms ne se donnent pas par hasard". Venant d'une analyste très libérale, ce genre de discours étonne, mais suscite au moins le débat. Et ça c'est une bonne chose.

En savoir plus sur:

Nos partenaires