L'UE vante le bond des importations de soja américain après l'armistice commercial

01/08/18 à 16:10 - Mise à jour à 16:10

Source: Belga

Les importations de soja américain dans l'UE ont bondi, grâce à leurs prix très compétitifs, de 283% en juillet sur un an, a annoncé mercredi la Commission européenne, qui avait promis une hausse des achats européens à Donald Trump.

L'UE vante le bond des importations de soja américain après l'armistice commercial

© iStock

"L'Union européenne peut importer davantage de soja des Etats-Unis et cela arrive au moment même où nous parlons", s'est félicité le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, qui a conclu il y a une semaine un armistice commercial avec le président américain à Washington. Cette trêve a permis à l'UE d'éloigner, pour le moment du moins, la menace de droits de douane sur les importations automobiles aux Etats-Unis, ce qui inquiétait particulièrement l'Allemagne, grande exportatrice de voitures en Amérique du Nord. A l'issue de son sommet avec M. Juncker le 25 juillet à la Maison Blanche, M. Trump avait annoncé que l'Union européenne allait importer "beaucoup de soja" américain.

En juillet 2018, l'UE a acheté 360.000 tonnes de soja américain, soit 283% de plus qu'en juillet 2017. En outre, la part de soja américain dans les importations totales de soja dans l'UE est de 37%, contre 9% en juillet 2017, selon des chiffres fournis par la Commission européenne. Cette hausse vertigineuse est en réalité due aux prix très bas du soja américain, les agriculteurs des Etats-Unis étant à la recherche de nouveaux débouchés après la décision de la Chine d'imposer des droits de douane très élevés sur ce produit en représailles d'un geste similaire de M. Trump sur d'autres marchandises chinoises, comme l'électronique.

Interrogée mercredi pour savoir si la Commission avait un quelconque objectif chiffré d'importations de soja américain, une porte-parole de l'exécutif européen, Mina Andreeva, a répondu que le but était d'"augmenter" les importations. Elle a précisé qu'il n'était pas question de forcer les entreprises européennes à acheter du soja américain, ceci n'étant de toute façon pas nécessaire puisque selon elle "les forces du marché" y contribuent naturellement du fait des prix bas américains.

Pour M. Trump, il était particulièrement important d'obtenir des garanties des Européens sur le soja, car les agriculteurs américains, soutiens traditionnels de son Parti républicain, ont perdu des débouchés à la suite du conflit commercial entre la Chine et les Etats-Unis. De retour à Bruxelles, M. Juncker a assuré que mis à part le soja, l'agriculture ne faisait pas partie de l'accord conclu avec les Etats-Unis, ce qui a été ensuite contredit à plusieurs reprises par les responsables américains.

Nos partenaires