L'UCM veut un pacte de compétitivité en faveur des PME

04/10/13 à 12:16 - Mise à jour à 12:16

Source: Trends-Tendances

L'Union des Classes Moyennes (UCM) appelle le gouvernement fédéral à adopter un pacte de compétitivité en faveur des PME et des indépendants, indique-t-elle vendredi. C'est, selon elle, le meilleur moyen de relancer l'économie et l'emploi. L'UCM a établi un "véritable et ambitieux" plan de compétitivité pour les PME et propose ainsi au gouvernement, dans le cadre de la confection de son budget 2014, six mesures concrètes.

L'UCM veut un pacte de compétitivité en faveur des PME

© Thinkstock

Parmi les propositions de l'UCM figure une réduction "sensible" du coût du travail pour les entreprises occupant moins de 10 salariés (83,7% des entreprises belges). "Une première phase de cette diminution pourrait se faire en portant la dispense de précompte professionnel pour les TPE de 1% aujourd'hui à 4%. Une telle mesure coûterait 434 millions d'euros", explique l'Union.

L'UCM propose aussi une hausse de la "borne bas salaires", qui donne droit à des réductions de cotisations sociales. Fixée en 2004 à 5.310 euros par trimestre (salaire brut), elle n'a jamais été indexée. En neuf ans, l'indice des prix a grimpé de 24%. La borne devrait être à 6.583 euros, selon les estimations de l'Union. Le coût de ce rattrapage est de 179 millions d'euros.

Troisième mesure: étendre aux quatrième et cinquième embauches les incitants existant pour le troisième engagement (1.000 euros pendant cinq trimestres, puis 400 euros pendant quatre trimestres). Le coût de la mesure est estimé à 8 millions d'euros en 2014, 18 millions en 2015.

L'UCM suggère ensuite de porter de 0,5% à 1% la majoration du taux PME de la déduction pour capital à risque (intérêts notionnels). Le coût de la mesure est estimé à 50 millions d'euros

Ces quatre mesures coûteraient 671 millions d'euros et réduiraient le coût salarial dans les PME de 0,72%, résume l'Union. Une baisse de cette ampleur permettrait de créer 10.708 emplois privés. "Le coût net de ces mesures, compte tenu de l'effet retour, serait en conséquence de 336 millions d'euros", poursuit l'UCM.

Le gouvernement fédéral doit en outre adopter des mesures et comportements qui seront de nature à contribuer à la confiance et la compétitivité des travailleurs indépendants et des PME, ajoute l'Union des Classes Moyennes, préconisant ainsi d'assurer un paiement ponctuel des créances par les pouvoirs publics. L'UCM demande enfin un moratoire en faveur des travailleurs indépendants et des PME sur les sanctions et intérêts de retard liés à un défaut de paiement ponctuel des cotisations et des taxes.

En savoir plus sur:

Nos partenaires