Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

29/06/18 à 09:42 - Mise à jour à 10:04

L'or va mal: pourquoi les experts n'y comprennent pas grand-chose

L'or n'est pas en grande forme, alors qu'avec toutes ces tensions politiques et économiques, le métal jaune aurait dû grimper! Amid Faljaoui, notre chroniqueur éco, nous dit pourquoi ce n'est pas le cas, et pourquoi les experts n'y comprennent pas grand-chose.

L'or va mal: pourquoi les experts n'y comprennent pas grand-chose

© Getty Images/iStockphoto

Il y a ce qu'on apprend à l'université et puis, il y a la réalité. Parfois, pour ne pas dire souvent, il y a un divorce.

Prenez le cas de l'or. Tous les manuels de finance nous disent qu'en cas de tensions géopolitiques, qu'en cas de crise politique, l'or est une valeur refuge. Autrement dit, quand tout va mal, l'or grimpe.

Avec les tensions avec la Corée du Nord, l'Iran, la crise politique en Italie, la guerre commerciale entre les Etats-Unis et le reste du monde, le métal jaune aurait normalement dû prendre des couleurs. Mais ce n'est pas le cas. Depuis le début de l'année, l'or a même perdu 4%.

Ce n'est pas une chute fatale bien entendu, mais c'est bizarre. Comme toujours dans ces cas, il y a des âmes charitables pour nous expliquer le pourquoi du comment.

Il n'y a qu'à se baisser pour lire la presse économique à ce propos. L'un dit que c'est normal: comme le dollar grimpe, c'est normal que l'or baisse car les deux sont corrélés inversement. D'autres disent que c'est normal vu que les taux d'intérêt aux Etats-Unis sont en train de remonter, alors que l'or par définition ne rapporte aucun intérêt.

Partager

Quand tout va mal, l'or prend normalement de la valeur, mais ce n'est pas le cas

C'est ce qu'on appelle des explications a posteriori. Mais je rejoins aussi les commentaires de Marc Fiorentino, un ancien trader parisien, reconverti dans le conseil financier.

Tous ces arguments ne sont pas convaincants. Il y a autant d'arguments à l'inverse qui pourraient expliquer la hausse de l'or a posteriori. Et donc, oui, il arrive parfois qu'on n'ait pas d'explications à se mettre sous la dent.

En attendant, d'autres valeurs continuent de jouer leur rôle de valeur refuge en ces temps de nervosité boursière. C'est le yen japonais, et les obligations d'Etat allemandes et américaines.

Il y a quelques semaines encore, l'indice Nasdaq, -c'est-à-dire l'indice des valeurs technologiques- servait aussi de valeur refuge, car les investisseurs partaient du principe que des valeurs comme Amazon, Facebook ou Netflix sont insensibles à l'évolution des taux d'intérêt ou à la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Mais comme cet indice des valeurs technologiques a plongé de 2% lundi dernier, même le Nasdaq n'est plus considéré comme une valeur refuge. Cela me fait penser à ce que me disait l'un de mes mentors : investir en Bourse, c'est croire que l'on peut prédire l'avenir, mais quelle arrogance !

Nos partenaires