L'ONU revoit encore à la baisse la croissance mondiale pour 2013 et 2014

23/05/13 à 19:30 - Mise à jour à 19:30

Source: Trends-Tendances

Les Nations unies ont revu jeudi une nouvelle fois en baisse leurs prévisions de la croissance mondiale, qui devrait atteindre 2,3% en 2013, au même niveau qu'en 2012, et passer à 3,1% en 2014 sous l'effet de la reprise américaine.

L'ONU revoit encore à la baisse la croissance mondiale pour 2013 et 2014

© Image Globe

Dans une version révisée de son rapport intitulé "Situation et perspectives de l'économie mondiale en 2013", le département des Affaires économiques et sociales de l'ONU (DESA) souligne que "d'importantes incertitudes demeurent (..) qui pourraient faire déraper la reprise anémique de la croissance mondiale". Outre la crise en zone euro, "qui reste un facteur de risque majeur", et les difficultés budgétaires aux Etats-Unis, il cite "de nouveaux risques à moyen terme", tels que "les effets potentiellement nuisibles" des mesures monétaires prises par le Japon pour doper son économie. Le rapport mentionne à cet égard "la forte dépréciation du yen".

Le succès des mesures japonaises "reste incertain" mais l'ONU table sur une croissance nippone à 1,3% en 2013 et 1,6% en 2014, des chiffres beaucoup plus optimistes que ses prévisions précédentes datant de décembre 2012 (0,6% en 2013 et 0,8% en 2014). Selon la secrétaire générale adjointe de l'ONU pour le développement économique Shamshad Akhtar, la politique "audacieuse" du gouvernement japonais risque d'affaiblir sa capacité à contrôler sa dette et "d'entraîner des complications pour les économies émergentes" en Asie.

L'ONU n'a cessé de revoir à la baisse ses prévisions de croissance mondiale depuis un an: de 2,7 à 2,4 puis 2,3% pour 2013 et de 3,0 à 3,2 puis 3,1% pour 2014. Le rapport note que depuis la fin de l'an dernier, les principales économies ont pris des mesures pour limiter les risques systémiques et restaurer la confiance mais sans parvenir à améliorer de manière significative la croissance ni l'emploi.

En savoir plus sur:

Nos partenaires