"L'objectif de l'Eurogroupe est que la Grèce renoue avec la croissance"

03/05/15 à 13:39 - Mise à jour à 13:39

Source: Belga

L'objectif de l'Eurogroupe est que "la Grèce renoue avec la croissance" et Athènes, qui a fait "un effort énorme", doit mettre en oeuvre des réformes économiques, a averti dimanche le ministre espagnol de l'Economie, Luis de Guindos.

"L'objectif de l'Eurogroupe est que la Grèce renoue avec la croissance"

/ © Reuters

"Personne ne souhaite la sortie de la Grèce de l'euro, mais il faut respecter les règles", a-t-il déclaré dans un entretien avec le quotidien espagnol El Pais. "Ceci implique une liste de réformes que nous sommes disposés à analyser avec souplesse. Mais l'objectif de l'Eurogroupe est que la Grèce renoue avec la croissance", a dit Luis de Guindos.

"La Grèce a fait un effort énorme", a-t-il concédé, mais "ce qu'il reste à accomplir pour la Grèce ce sont des réformes économiques".

"L'économie grecque n'est pas productive, n'est pas compétitive et ne génère pas de croissance, faute de mesures incitatives adaptées".

La Grèce est en discussions depuis quelques jours à Bruxelles avec ses créanciers, UE et FMI, sur une liste des réformes qu'elle compte adopter pour engranger des rentrées et tenter de débloquer des prêts pour le pays, à court d'argent.

Selon une source européenne, la réunion du groupe de Bruxelles, composé des représentants des créanciers et du gouvernement grec, a commencé jeudi 30 avril et doit se poursuivre jusqu'au dimanche 3 mai.

"Nous avons perdu énormément de temps, mais j'espère que ces jours-ci il y a eu des avancées notables", a ajouté M. de Guindos.

La Grèce, qui n'a plus obtenu un sou de ses créanciers depuis l'automne dernier, attend désespérément le déblocage de 7,2 milliards d'euros des fonds de sauvetage promis par le FMI et l'UE dont elle a besoin pour éviter un défaut de paiement et une éventuelle sortie de l'euro.

Le 11 mai est prévue la prochaine réunion de l'Eurogroupe (ministres des Finances de la zone euro), à la veille du remboursement attendu par Athènes de près de 800 millions d'euros au FMI.

En savoir plus sur:

Nos partenaires