L'Italie emprunte l'équivalent de ses "revenus cachés"

27/04/12 à 13:14 - Mise à jour à 13:14

Source: Trends-Tendances

L'Italie a emprunté près de 6 milliards d'euros à des taux en hausse dans un marché nerveux. Ironie du sort, le fisc italien a découvert le même montant en "revenus cachés" entre janvier et avril. L'évasion fiscale reste bien un sport national.

L'Italie emprunte l'équivalent de ses "revenus cachés"

© Image Globe/EPA

L'Italie emprunte près de 6 milliards d'euros à des taux en hausse...

L'Italie a emprunté vendredi près de 6 milliards d'euros à moyen et long termes, atteignant ainsi presque son objectif maximum, à des taux en hausse dans un marché nerveux après la dégradation de la note de l'Espagne par Standard & Poor's, a annoncé la Banque d'Italie.

Les taux des titres à cinq ans et à dix ans émis par le Trésor italien ont progressé respectivement à 4,86 % et à 5,84 %, contre 4,18 % et 5,24 % lors de la dernière opération similaire le 29 mars.

... Tandis que les revenus non déclarés ont atteint 6 milliards de janvier à avril en Italie

Des revenus cachés au fisc pour plus de 6 milliards d'euros ont été découverts entre janvier et avril, et 2.192 fraudeurs, menant pour certains grande vie, ont été démasqués en Italie, a annoncé vendredi la police financière italienne dans un communiqué. Sur la même période, lors des contrôles effectués par les policiers, des fraudes à l'IVA (taxe sur la valeur ajoutée) ont été relevées pour 650 millions d'euros.

Le gouvernement de Mario Monti a placé au premier rang de ses priorités la lutte contre l'évasion fiscale. Le fisc a procédé au recouvrement de 12,7 milliards d'euros en 2011, enregistrant une hausse de 15,5 % sur un an.

Des contrôles fiscaux surprise ont été organisés ces derniers mois dans des localités touristiques comme Cortina d'Ampezzo et Capri, et dans les centres-villes très fréquentés de Rome et Milan. Les policiers contrôlaient l'émission de tickets de caisse par les commerces et restaurants et les particuliers circulant en luxueuses limousines.

Contrairement aux idées préconçues, les Italiens déclarent de plus en plus leurs revenus réels au fisc, même si l'évasion, un fléau national, reste toujours très élevée, bien au-dessus de la moyenne européenne, selon Attilio Befera, directeur général du fisc italien.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires