L'industrie technologique aura perdu 9.000 emplois cette année

02/10/13 à 14:18 - Mise à jour à 14:18

Source: Trends-Tendances

L'industrie technologique aura perdu un total de 37.000 emplois entre décembre 2008 et décembre 2013, dont 9.000 sur l'ensemble de l'année 2013, selon la fédération sectorielle Agoria.

L'industrie technologique aura perdu 9.000 emplois cette année

© Thinkstock

Ces chiffres comprennent la fermeture de l'usine Ford à Genk, même si celle-ci ne sera définitive que fin 2014. De 305.000 postes dans le secteur en 2008, le volume d'emploi dans l'industrie technologique ne devrait pas dépasser les 270.000 unités début 2014, a détaillé mercredi Agoria au cours d'un point conjoncturel.

Concernant l'ensemble de l'activité, Agoria prévoit un recul de 3,5% cette année, entre autres en raison de la baisse des exportations. Deux tiers du chiffres d'affaires de l'industrie technologique belge se fait en effet à l'étranger. Les restructurations, Ford en tête, ont également pesé sur le rendement, de même que l'hiver 2012-2013 assez rude, spécialement pour le secteur de la construction et pour les entreprises orientées vers la maintenance et la gestion d'installations techniques (Contracting). La fédération s'inquiète par ailleurs de la baisse de la rentabilité des entreprises, baisse qui va perdurer en 2013, selon elle. "De plus, l'augmentation de la pression fiscale, entre autres en raison des mesures liées aux intérêts notionnels, continuera d'éroder la rentabilité, ce qui a des conséquences directes sur l'emploi", ajoute Agoria. La hausse des coûts salariaux pèse aussi sur la rentabilité.

La fédération estime que si la Belgique avait suivi cette dernière décennie l'évolution des coûts salariaux de l'industrie technologique allemande et pour une même rentabilité, notre pays compterait 30.000 emplois supplémentaires. Les chiffres de l'Allemagne, "notre concurrent le plus important en matière technologique", selon Frank Vandermarliere, conseiller général chez Agoria, montrent que "la maîtrise des coûts salariaux est un levier de la création d'emplois".

Pour l'an prochain, Agoria entrevoit, "après être tombé si bas au premier semestre 2013", une reprise "technique". "Mais la probabilité de rattraper les niveaux de 2011 et 2012 est assez faible", ajoute-t-on.

Nos partenaires