L'indexation automatique des salaires ciblée par l'OCDE

25/05/11 à 12:05 - Mise à jour à 12:05

Source: Trends-Tendances

L'OCDE a certes revu à la hausse ses prévisions de croissance pour la Belgique, mais l'indexation automatique des salaires pourrait prolonger la période d'inflation relativement forte des prix à la consommation, selon elle.

L'indexation automatique des salaires ciblée par l'OCDE

© Thinkstock

L'OCDE revoit à la hausse ses prévisions de croissance pour la Belgique...

L'Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) prévoit une croissance de 2,4 % en Belgique cette année. Il s'agit d'une augmentation substantielle par rapport aux prévisions de croissance précédentes, qui étaient fixées à 1,8 %. Cette nouvelle estimation ressort du rapport publié mercredi par l'organisation sur les perspectives économiques.

En 2012, la croissance devrait ralentir pour atteindre 2 %, selon l'OCDE. Encore une fois, l'OCDE a revu ses prévisions de croissance du PIB à la hausse, puisqu'il tablait également sur une croissance de 1,8 %.

"La reprise sera plus équilibrée à mesure que la consommation et l'investissement privés se renforcent, mais la croissance sera atténuée par le tour plus restrictif que prendra la politique budgétaire et le retrait progressif des mesures de soutien monétaire, indique l'OCDE. L'indexation automatique des salaires pourrait prolonger la période d'inflation relativement forte des prix à la consommation, car le niveau élevé des prix des produits de base se répercutera sur les coûts salariaux."

L'OCDE recommande aux autorités belges de réduire les dépenses à tous les niveaux de l'administration. Il préconise également d'encourager davantage la recherche d'emploi "pour empêcher que le niveau élevé du chômage ne se traduise par une hausse du chômage structurel".

... Mais prévient que, pour les pays riches, la crise n'est pas finie

La crise n'est pas terminée et la reprise risque d'être freinée si les menaces qui planent sur l'économie mondiale, comme une poursuite de la flambée du prix du pétrole et un ralentissement plus marqué que prévu en Chine, devaient se conjuguer, a estimé mercredi l'OCDE.

"La reprise mondiale est bien engagée mais reste entourée d'incertitudes", écrit ainsi l'Organisation de coopération et de développement économiques dans son rapport semestriel sur les perspectives économiques.

Globalement, elle confirme ses précédentes prévisions publiées en novembre. La reprise devrait donc toujours traverser un trou d'air cette année, avec une croissance mondiale de 4,2 % (après + 4,9 % en 2010), avant de redémarrer l'an prochain à + 4,6 %. Pour les pays riches membres de la zone OCDE, l'organisation table toujours sur une croissance de 2,3 % en 2011 et 2,8 % en 2012.

"La situation du marché du travail devrait continuer de s'améliorer lentement, même si, avec un taux de 7,1 % fin 2012" dans la zone OCDE, contre 8,2 % en 2010 et 7,7 % en 2011, "le chômage sera encore largement supérieur à son niveau d'avant la crise", selon le rapport.

Les prévisions pour cette année sont néanmoins relevées pour les Etats-Unis et la zone euro. Le produit intérieur brut américain devrait grimper de 2,6 % (contre 2,2 % attendu précédemment) et celui de la zone euro de 2 % (contre 1,7 %). En 2012, la croissance y serait respectivement de 3,1 % et 2 %, conformément aux précédentes prévisions.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires