L'impact du tax shift est "particulièrement lourd pour les communes bruxelloises"

12/01/16 à 10:48 - Mise à jour à 10:47

Source: Belga

Le tax shift fédéral a des conséquences très lourdes pour les finances des communes bruxelloises, affirme mardi Marc Cools, président de l'Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale, dans un communiqué.

L'impact du tax shift est "particulièrement lourd pour les communes bruxelloises"

Bruxelles © iStock

Selon lui, cela représente à l'horizon 2021 une perte de recettes annuelles totale de près de 23 millions d'euros, soit environ 10% des recettes provenant de leurs centimes additionnels à l'impôt des personnes physiques (IPP).

"Les communes bruxelloises, wallonnes et flamandes ont reçu au mois de décembre du Service Public Fédéral des Finances une estimation de l'impact sur leurs finances de 2016 à 2021 du tax shift fédéral", indique M. Cools, selon qui "cet impact est particulièrement lourd pour les communes bruxelloises".

Toutes choses étant égales par ailleurs, les communes perdraient ensemble plus de 800.000 euros dès 2016 et quelque 23 millions d'euros en 2021. La commune la plus impactée en chiffre absolu serait la ville de Bruxelles avec plus de 2,5 millions d'euros de perte de recettes en 2021, devant Uccle et Ixelles qui perdraient chacune quelque 2,3 millions d'euros en 2021.

Selon l'association, "l'ampleur de la réduction de leurs recettes suite au tax shift fédéral va poser ces prochaines années de très gros problèmes financiers aux communes bruxelloises". M. Cools craint notamment que certaines communes soient amenées "à devoir augmenter le taux de certains de leurs impôts pour compenser au moins partiellement la perte de recettes engendrée par le tax shift fédéral ou à diminuer significativement leur offre de services aux citoyens."

Nos partenaires