"L'Espagne va devoir s'adresser au FESF"

06/06/12 à 09:33 - Mise à jour à 09:33

Source: Trends-Tendances

"L'Espagne va devoir prendre une décision, et je pense qu'elle doit se placer sous la protection du Fonds de stabilité financière cause de ses banques", estime un proche d'Angela Merkel. Mais un compromis sur l'Espagne pourrait être trouvé au niveau européen.

"L'Espagne va devoir s'adresser au FESF"

© Thinkstock

L'Espagne va devoir s'adresser au FESF, estime un proche de Merkel

Volker Kauder, chef de file des députés conservateurs allemands, a estimé mercredi que l'Espagne devait demander de l'aide au fonds de secours européen FESF : "L'Espagne va devoir prendre une décision, et je pense qu'elle doit se placer sous la protection du fonds (...) à cause de ses banques", a dit dans une interview télévisée ce proche de la chancelière Angela Merkel, qui dirige le groupe parlementaire des Unions chrétiennes CDU/CSU.

Berlin s'était défendu en début de semaine d'exercer la moindre pression sur Madrid pour l'inciter à demander l'aide de ses partenaires européens, estimant que la décision était "uniquement du ressort du gouvernement espagnol". Le gouvernement de Mariano Rajoy refuse pour le moment de demander une assistance financière qui serait flanquée de conditions strictes dictées de l'extérieur. Mais il a admis que sa situation financière était critique et appelé l'Europe à "soutenir" le pays.

Selon le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung paru mercredi, un compromis sur l'Espagne pourrait être trouvé : des négociations ont lieu au niveau européen pour verser directement de l'argent provenant du fonds de secours européen dans le Fonds public espagnol d'aide au secteur bancaire (Frob). En contrepartie, le gouvernement espagnol devrait surmonter les problèmes de son secteur financier, notamment en procédant à des fusions voire la fermeture de certains instituts bancaires.

Ce compromis aurait plusieurs avantages, note le journal : il montrerait que la crise espagnole est d'une nature différente de celle de la Grèce, le gouvernement espagnol ne verrait pas sa souveraineté entamée. Et l'Allemagne aurait imposé sa position, qui est de verser des aides du fonds de secours uniquement à des institutions publiques et non privées.

Le FESF lève 2 milliards à trois mois : taux en baisse, demande en hausse

Le Fonds européen de stabilité financière a levé 1,989 milliard d'euros à trois mois, à un taux en baisse par rapport à la dernière émission de même maturité, et une demande en hausse, selon des données publiées mardi par la Bundesbank qui a piloté l'opération.

Le taux d'intérêt moyen est ressorti en baisse, à 0,1370 % contre 0,1729 % lors de la précédente opération sur trois mois le 8 mai. Le FESF a reçu au total pour 4,529 milliards d'euros d'offres, soit davantage que les 4,375 milliards d'euros d'offres lors de l'émission du 8 mai.

Le Fonds emprunte sur le marché de la dette de l'argent à des taux faibles grâce à des garanties apportées par les Etats de la zone euro, argent qu'il reverse aux Etats de la région en difficulté (Grèce, Irlande et Portugal) qui ne sont plus capables d'emprunter seuls à des taux supportables.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires