L'économie espagnole multiplie les signes de redressement

06/01/14 à 14:31 - Mise à jour à 14:31

Source: Trends-Tendances

Les signaux positifs se sont accumulés pour la quatrième économie de la zone euro ces derniers mois. Une reprise semble s'amorcer, mais le retour aux niveaux de 2007 est encore bien lointain, tant la crise a été violente.

L'économie espagnole multiplie les signes de redressement

© REUTERS

Le Premier ministre Mariano Rajoy l'a promis le 27 décembre : 2014 sera "le début de la reprise économique". Plusieurs indicateurs publiés à la fin de l'année 2013 pourraient lui donner raison, notamment sur les terrains du chômage et de la croissance. De fait, les marchés semblent lui donner quitus de ces bons résultats: le taux d'intérêt espagnol à 10 ans est passé sous la barre des 4%, retrouvant son plus bas niveau depuis mai 2010.

La récession s'éloigne De fait, l'Espagne est sortie de la récession au troisième trimestre 2013 dans laquelle elle était enfermée depuis deux ans, avec une hausse de 0,1% du PIB. La bonne nouvelle a été confirmée le 28 novembre lorsque l'Institut national de la statistique a publié le chiffre officiel définitif. Mais avec un gain aussi timide, le chemin vers une croissance durable et réparatrice reste incertain. Reste que le gouvernement espagnol a revu à la hausse ses prévisions et prévoit désormais un rebond du PIB de 0,7% en 2014, après un recul attendu pour 2013 compris entre 1,4% et 1,6%.

Les exportations ont le vent en poupe Ce frémissement de la croissance est davantage porté par les exportations que par le marché intérieur. Après cinq trimestres de baisse, la consommation des ménages a inversé sa marche en septembre, en marquant un sursaut de 0,4% par rapport à juillet.

Ce sont les échanges extérieurs qui ont fait le plus parler d'eux. Au premier semestre, les exportations du pays battaient un record historique, à 118 milliards d'euros. Au mois de mars, l'Espagne a même affiché son premier excédent commercial depuis 1971. Et le déficit commercial sur la même période était 69% plus faible qu'un an plus tôt. Le commerce avec l'étranger pourrait donc être un levier intéressant pour la croissance espagnole.

Le chômage a amorcé sa décrue

Le chômage a connu en 2013 son premier recul depuis 2006. Il s'agit même du plus important depuis 1999, avec 147.385 demandeurs d'emploi en moins sur l'année. L'essentiel de cette baisse record est à retrouver dans les chiffres du mois de décembre 2013, communiqués le 3 janvier, qui font état de 107.570 chômeurs de moins par rapport au mois précédent. Les chiffres auraient pu être encore meilleurs si les destructions d'emploi n'avaient pas pris le pas sur les créations en septembre, après six mois d'accalmie.

Malgré ce reflux significatif, le niveau du chômage culmine toujours à des niveaux historiques. Environ 4,7 millions de personnes sont à la recherche d'un emploi. Au troisième trimestre 2013, le taux de chômage établi par l'Institut national de la statistique s'établissait à 25,98%. Chez les jeunes, il atteignait 54,39%. En 2013, ces derniers étaient 44 051 de moins à être inscrits par rapport à 2012.

Le marché automobile repart à la hausse

Dans un pays où la filière pèse 10% du PIB, toute éclaircie est bonne à prendre. 722.703 voitures neuves se sont vendues en 2013, soit une hausse de 3,3% sur un an, la tendance s'est d'ailleurs accélérée en décembre. La reprise est modeste, mais marque une réelle différence après les reculs de 2012 (recul de 13,4%) et de 2011 (recul de 17,7%). La prime à la casse lancée en octobre 2012 n'est pas étrangère à ce rebond. L'Espagne reste cependant très loin de ses chiffres d'avant-crise. En 2007, 1,7 million de voitures neuves ont par exemple été immatriculées. Ce qui n'empêche pas l'association nationale des fabricants d'automobiles de faire preuve d'optimisme pour cette année. La production de véhicules devrait augmenter de 9% cette année.

L'industrie prise dans son ensemble donne également quelques raisons d'espérer. L'indice PMI, publié le 2 janvier par Markit, marque le plus fort rebond de l'activité manufacturière depuis mars 2011.

Guillaume Jacquot

En savoir plus sur:

Nos partenaires