L'alimentation reste coûteuse...

28/05/13 à 12:27 - Mise à jour à 12:27

Source: Trends-Tendances

Les émeutes de la faim de 2008 ne sont plus à l'ordre du jour, ce qui ne signifie pas que les denrées alimentaires sont devenues bon marché.

L'alimentation reste coûteuse...

© Thinkstock

"Il n'y a pas de mouvement clairement descendant, analyse Chris Moris, directeur général de la Fevia, la fédération de l'industrie alimentaire. Au contraire. Nous prévoyons une hausse fondamentale des prix des denrées alimentaires, certainement à moyen et long terme."

Par rapport au record historique d'août 2011, les prix de l'alimentation ont légèrement diminué. Mais l'image reste diffuse. Certains produits baissent et d'autres augmentent. Les céréales, les huiles, les graisses et le sucre baissent. La viande reste stable, les produits laitiers bondissent.

Les huiles baissent parce que leur prix est lié au cours du pétrole. La baisse des prix des céréales, quant à elle, résulte de stocks supérieurs aux prévisions et aux perspectives favorables de la prochaine récolte aux Etats-Unis. En conséquence, le prix des céréales a baissé de 28 % aux Etats-Unis. Alors qu'il venait d'atteindre de nouveaux sommets. L'an dernier, les perspectives pour la récolte de printemps étaient favorables. Au final, la récolte a été mauvaise en raison d'une sécheresse persistante.

Non, les récentes baisses de prix sont particulièrement fragiles. Mais la tendance est à la hausse. Selon les Nations unies, la population mondiale devrait atteindre neuf milliards de personnes en 2050. Pour les nourrir, la production de denrées alimentaires doit augmenter de 70 %. Dans les pays émergents -- Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud -- les salaires augmentent et les consommateurs remplacent les matières végétales par des matières animales. Un porc, ce sont des "céréales sur pattes" : la production d'aliments d'origine animale exige donc davantage de matières premières agricoles.

Le changement climatique joue-t-il un rôle ? La plupart des observateurs le pensent. Ces dernières années ont été marquées par un nombre impressionnant de mauvaises récoltes. Mais avec la sécheresse persistante en Australie et en Amérique du Nord, et avec les pluies continuelles dans le grenier de l'Europe, Ukraine et Russie, les agrocarburants ont contribué à la flambée des prix. Aux Etats-Unis, ils monopolisent 40 % des cultures de maïs.

Le résultat est une indubitable tendance à la hausse, liée à une grande volatilité (voir graphique "Manger devient plus cher"). Les écarts brusques résultent également de la suppression des prix agricoles fixes dans le cadre de la politique agricole commune de l'Union européenne. A mesure que le marché européen de l'agriculture se libéralise, il devient sensible aux évolutions des prix sur les marchés mondiaux.

W.R.

En savoir plus sur:

Nos partenaires