L'activité stagne en zone euro

23/08/11 à 12:54 - Mise à jour à 12:54

Source: Trends-Tendances

La croissance de l'activité en juillet est à un niveau très bas, ce qui fait craindre un ralentissement au troisième trimestre.

L'activité stagne en zone euro

© Image Globe / JULIEN WARNAND

La croissance de l'activité privée a stagné en août dans la zone euro et reste à un plus bas de près de deux ans, selon une première estimation mardi de l'indice PMI des directeurs d'achats, ce qui fait peser des craintes sur l'activité au troisième trimestre. L'indice composite, qui synthétise l'activité dans les secteurs des services et manufacturier, s'est inscrit à 51,1 points, comme en juillet, a annoncé la société Markit. Il s'agissait alors de son plus bas niveau en 22 mois.

Le niveau d'août est toutefois meilleur qu'attendu: les analystes interrogés par Dow Jones Newswires tablaient sur un indice à 50,3 points. L'activité progresse quand l'indice est au-dessus de 50 points. Quand il baisse mais reste au-dessus de ce seuil, la croissance ralentit. "Les données laissent entrevoir que la croissance économique du troisième trimestre pourrait se révéler encore plus faible que la décevante augmentation de 0,2% enregistrée au deuxième trimestre", estime Chris Williamson, chef économiste pour la société Markit.

A cette crainte, s'ajoute le risque d'une "quasi-stagnation de l'activité en Allemagne, jusqu'ici l'un des moteurs principaux de la croissance de la zone euro", souligne-t-il. La croissance de l'activité privée y a progressé à son plus faible rythme depuis le début de la reprise il y a deux ans, selon Markit. En France, la croissance de l'activité a légèrement réaccéléré en août, sans compenser les trois mois de ralentissement marqué qu'elle vient de connaître. "Que les deux plus grandes économies de la zone euro se rapprochent de la récession (deux trimestres consécutifs de baisse de leur PIB, ndlr) va rendre plus difficile leur soutien dans les plans de sauvetage" pour les pays en difficulté, note Jennifer McKeown, économiste chez Capital Economics.

Dans le détail, la stagnation du PMI en août tient au ralentissement de l'activité dans les services comme dans l'industrie, où pour la première fois depuis septembre 2009 l'indice est tombé sous les 50 points. Autre paramètre défavorable: le volume des nouvelles commandes a enregistré sa première baisse depuis août 2009. Cet élément combiné aux "inquiétudes croissantes liées aux perspectives économiques et à la crise financière en zone euro entraînent un effondrement de la confiance des entreprises", affirme l'économiste de Markit.

Trends.be avec L'Expansion.com

En savoir plus sur:

Nos partenaires