Japon: + 3 % chaque année pour le salaire minimum afin de relancer l'économie

25/11/15 à 07:54 - Mise à jour à 07:54

Source: Afp

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a déclaré mardi soir qu'une augmentation annuelle de 3% des salaires de base était nécessaire pour relancer une économie essoufflée, selon les propos rapportés par les médias.

Japon: + 3 % chaque année pour le salaire minimum afin de relancer l'économie

© reuters

"Il faut faire en sorte que le salaire minimum progresse de 3% chaque année", a déclaré M. Abe au cours d'une réunion sur l'économie nationale.

Le salaire minimum n'est pas uniformisé à l'échelle nationale au Japon, mais il est en moyenne de 798 yens (6,10 euros) par heure, un montant que le Premier ministre veut voir grimper à 1.000 yens à moyen terme, soit dans une dizaine d'années selon le ministre de la Revitalisation économique, Akira Amari.

Cette volonté est un élément de la stratégie de M. Abe pour que soit réalisée l'ambition affichée dernièrement d'élever le produit intérieur brut du Japon à 600.000 milliards de yens à l'horizon 2020, ce qui signifie qu'une croissance nominale de 3% par an est nécessaire.

Le Premier ministre souhaite que soit améliorée la compétitivité des petites et moyennes entreprises qu'il a promis d'aider en ce sens, mais ces dernières jugent en l'état difficile d'élever davantage les rémunérations puisqu'elles subissent aussi la pression de leurs clients qui réclament des baisses de prix.

M. Abe promet en échange aux entreprises d'accentuer la réduction des impôts déjà amorcée pour placer les sociétés japonaises sur un pied d'égalité avec des rivales à l'étranger dont l'imposition est souvent moins élevée.

Le Japon est retombé en récession au troisième trimestre, à cause notamment d'une baisse des investissements des entreprises.

Leur rôle est crucial pour redonner du tonus à l'économie par l'amplification de leur activité mais aussi à travers les rétributions de leurs salariés puisque la consommation des ménages représente en gros 60% du PIB.

En savoir plus sur:

Nos partenaires