Christophe De Caevel
Christophe De Caevel
Journaliste Trends-Tendances
Opinion

07/01/16 à 15:53 - Mise à jour à 15:53

Grève du rail: "La situation est du pain bénit pour la N-VA"

Le combat des cheminots se place dans un cadre politique pour le moins particulier, dont ils n'ont pas tenu compte lors de l'élaboration de leur plan d'action.

La direction de la SNCB a décidé, avec la bénédiction de sa ministre de tutelle Jacqueline Galant (MR), de sabrer dans les coûts de l'entreprise. Elle veut améliorer "la productivité" des cheminots, en rabotant les jours de congé extra-légaux, en chipotant aux jours de maladie et aux compensations pour le travail du week-end, etc. Les syndicats ne pouvaient évidemment pas laisser passer une telle attaque frontale envers les "acquis sociaux". Mais en décrétant cinq journées de grève pour cette rentrée de janvier, ils se sont lancés dans une riposte si excessive qu'elle risque de leur revenir en pleine figure comme un boomerang. Leur combat ferroviaire se place en effet dans un cadre politique pour le moins particulier, dont les cheminots n'ont pas tenu compte lors de l'élaboration de leur plan d'action.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires