Grèce: "Nous avons le devoir de trouver une solution"

27/06/15 à 11:25 - Mise à jour à 19:47

Source: Belga

Le ministre des Finances grec Yanis Varoufakis a considéré vendredi soir que la Grèce et ses créanciers avaient "le devoir" de trouver un accord à l'Eurogroupe de samedi à Bruxelles. En outre, Alexis Tsipras a annoncé un référendum pour le 5 juillet.

Grèce: "Nous avons le devoir de trouver une solution"

Yanis Varoufakis, ministre grec des finances. © AFP/Thierry Charlier

"Il n'y a pas de raison qu'il n'y ait pas d'accord demain à l'Eurogroupe, nous avons le devoir de trouver une solution", a déclaré Yanis Varoufakis dans une interview à la chaîne de télévision Ant1, tout en donnant des justifications au refus grec de la proposition des créanciers dans l'après-midi.

Il a remarqué notamment que la suggestion de ces derniers, comprenant le versement de 12 milliards d'euros d'aide en quatre fois d'ici à fin novembre, "engagerait la Grèce pour encore 4 ou 5 mois à des négociations quotidiennes. Ca veut dire que tout le monde, les entrepreneurs, les consommateurs devraient encore attendre novembre-décembre".

Or l'économie grecque a déjà été très affaiblie par l'incertitude qui pèse sur l'avenir financier du pays depuis cinq mois que le gouvernement Syriza négocie avec ses créanciers, UE, BCE et FMI.

"Pourquoi laisser la grande question du financement à la dernière minute?", a-t-il déploré.

Il s'est interrogé sur la volonté réelle des créanciers de trouver un accord.

"Ces derniers jours et semaines, le gouvernement grec a fait sans cesse des concessions. Malheureusement, à chaque fois que nous arrivons presque aux trois quarts ou aux quatre cinquièmes du chemin, les institutions vont dans le sens inverse", a-t-il accusé.

Un Eurogroupe considéré comme celui de la dernière chance réunira samedi après-midi les ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles. Un accord doit y être absolument trouvé pour que la Grèce soit en mesure de rembourser au FMI le 30 juin une échéance de 1,5 milliard d'euros et ainsi éviter un défaut de paiement.

Tsipras va organiser un référendum le 5 juillet

Le Premier ministre Alexis Tsipras a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi la tenue d'un référendum en Grèce sur le texte qui pourrait résulter samedi de l'Eurogroupe prévu à Bruxelles entre Athènes et ses créanciers.

"Le peuple doit décider hors de tout chantage (...), le référendum aura lieu le 5 juillet", a déclaré le Premier ministre dans une allocution télévisée diffusée vers 01H00 locale (22H00 GMT, 00H00 Hb) sur les chaînes de télévision grecques, à la veille d'une ultime réunion des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles avant un possible défaut de paiement de la Grèce au FMI le 30 juin.

"Durant six mois, le gouvernement grec a mené un combat pour en terminer avec la rigueur et pour trouver un accord viable qui respecte la démocratie. On nous a demandé de mettre en place des mesures d'austérité comme les précédents gouvernements (...) les propositions des créanciers exacerbent les inégalités sociales, apportent la déréglementation du marché du travail, des coupes dans les retraites, une hausse de la TVA sur les produits alimentaires et ont pour objectif l'humiliation de tout un peuple", a lancé le Premier ministre.

"C'est une responsabilité historique désormais qui se présente à nous pour décider de l'avenir du pays (...) dans les prochains jours il faudra prendre des décisions dont dépendront les prochaines générations".

M. Tsipras, qui s'exprimait depuis la résidence du Premier ministre à Athènes, a parlé pendant environ cinq minutes, le visage grave.

La Grèce a rejeté vendredi une proposition mise sur la table à Bruxelles par les créanciers du pays, proposant d'apporter à la Grèce douze milliards d'euros jusqu'en novembre, en quatre fois, dont le ministre des Finances Yanis Varoufakis a estimé qu'elle était conçue de telle manière qu'elle risquait d'affaiblir encore l'économie grecque.

Le ministre de la Réforme administrative Georges Katrougalos a considéré que "le référendum ne serait pas 'un oui ou non' à l'euro, mais à l'accord trouvé".

En savoir plus sur:

Nos partenaires