Grèce: le Parlement adopte les mesures réclamées par les créanciers

27/09/16 à 22:15 - Mise à jour à 22:14

Source: Belga

Le Parlement grec a adopté mardi soir de nouvelles mesures de rigueur, réclamées par les créanciers du pays et concernant surtout le transfert à l'Agence des privatisations des sociétés publiques de l'eau et de l'électricité.

Grèce: le Parlement adopte les mesures réclamées par les créanciers

© BELGAIMAGE

La loi comprenant ces mesures a été adoptée par 152 députés sur les 293 présents à l'Assemblée, 141 ont voté contre, a annoncé le vice-président du Parlement Yorgos Varemenos. Seuls les députés de la coalition gouvernementale, du parti de gauche Syriza d'Alexis Tsipras et celui des Grecs Indépendants (Anel) ont voté en faveur de cette loi, les partis d'opposition, dont la droite de la Nouvelle-Démocratie, votant contre. Ce vote ouvre la voie au déblocage de 2,8 milliards d'euros de prêts à la Grèce, une tranche qui est en retard depuis juin en raison des négociations entre Athènes et les créanciers.

Plus de 500 personnes, selon la police, ont manifesté devant le Parlement mardi soir à l'appel des syndicats des sociétés publiques de l'eau (EYDAP) et de petits partis de gauche dénonçant "le bradage" de ces sociétés. La nouvelle loi porte surtout sur la réorganisation du marché de l'électricité, l'accélération des privatisations et la gestion des prêts bancaires non performants. Elle a été adoptée en procédure d'urgence comme la majorité des lois sur les politiques d'austérité ces dernières années.

Parmi les dispositions controversées de la loi figure le transfert des compagnies publiques dont celles de l'Electricité (DEI) et de l'eau à la Société des Participations publiques (Edis), récemment créée sur le modèle français de l'APE (Agence des participations de l'Etat). Le gouvernement grec a confirmé mardi après-midi la nomination du Français Jacques Le Pape à la direction de l'EESP après de longues tractations entre Athènes et ses créanciers sur la constitution du conseil de cette agence. Inspecteur général des Finances, M. Le Pape occupait depuis 2013 le poste de secrétaire général d'Air France KLM, après avoir travaillé à la direction du Trésor et à l'Autorité de la concurrence.

Le vote de la loi intervient dix jours après la fin de la visite des représentants des créanciers à Athènes pour évaluer les comptes grecs, un rituel qui se répète depuis 2010, lorsque la Grèce a été placée sous la tutelle de l'UE et du FMI.

Nos partenaires