Fumer dans les cafés pour sauver le budget ?

02/03/12 à 07:03 - Mise à jour à 07:03

Source: Trends-Tendances

L'interdiction de fumer dans les cafés coûte plus de 1 milliard à l'Etat, selon la Fédération des cafés de Belgique. Entre les pertes d'emplois dans les secteurs attenants et le manque à gagner lié à la TVA...

Fumer dans les cafés pour sauver le budget ?

© Thinkstock

La Fédération des cafés de Belgique (FedCaf Belgium) estime que l'interdiction de fumer dans les débits de boissons coûtera directement plus de 1 milliard d'euros à l'Etat fédéral, alors que ce dernier "recherche désespérément 2 milliards d'euros", indique-t-elle dans un communiqué diffusé mercredi soir.

"Suivant des prévisions (...), l'interdiction de fumer coûtera directement plus de 1 milliard d'euros à l'Etat fédéral sur une base annuelle (période du 1er juillet 2011 au 30 juin 2012)", affirme FedCaf, ajoutant que cette estimation ne serait valable que si le secteur se stabilisait immédiatement. "Mais la fin de la chute libre n'est pas encore en vue et les pertes augmentent tous les jours !"

Les pertes d'emplois coûteraient 200 millions à l'Etat en indemnités de chômage

FedCaf attire l'attention sur le fait que les dégâts qui frappent les débits de boissons affectent une série de secteurs attenants, tels que négociants et distributeurs de boissons, brasseries, placeurs de jeux, comptables, frigoristes, laveurs de vitres, etc. Par exemple, FedCaf prévoit entre 12.500 et 20.000 pertes d'emplois, qui coûteront entre 125 millions et 200 millions d'euros à l'Etat en allocations/indemnités de chômage, assurances faillites et revenus vitaux via les CPAS.

Les brasseries, négociants et distributeurs de boissons verront, eux, une baisse de plus de 65 millions d'euros de leurs montants de TVA.

Et FedCaf de conclure en soulignant que les secteurs attenants des débits de boissons ont, à leur tour, d'autres secteurs attenants qui seront, à leur tour, également frappés par les mêmes conséquences. "Les effets de cette cascade sont pratiquement inchiffrables."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires