Christophe De Caevel
Christophe De Caevel
Journaliste Trends-Tendances
Opinion

02/09/16 à 16:24 - Mise à jour à 06/09/16 à 12:21

Faut-il vraiment gommer toutes les niches fiscales?

La réforme de l'impôt des sociétés figurera donc au menu du budget 2017 de l'Etat. Le principe en est connu : une baisse du taux facial, compensée par un élargissement de la base taxable afin d'éviter tout dérapage budgétaire. En gommant ce taux de 34 % qui effrayait des groupes internationaux, la Belgique se replacera dans la moyenne européenne en matière d'imposition des entreprises. Indispensable, surtout après l'annonce d'une baisse de 10 points en France.

Personne ne conteste le bien-fondé de cet allégement fiscal. Le débat politique tourne plutôt autour de son impact budgétaire. L'intention du gouvernement Michel est de le neutraliser entièrement en supprimant ou recalibrant les quelque 26 niches en vigueur à l'impôt des sociétés, ainsi qu'en relevant - une fois de plus - le précompte mobilier. On pourra discuter à l'infini de l'exactitude des calculs qui conduisent à cette neutralisation ou du risque de dérapage budgétaire. Nous ne connaîtrons de toute façon les réponses que dans deux ou trois ans, à l'heure des comptes de l'Etat. Et encore, ces réponses dépendront largement des politiques suivies dans les autres pays d'Europe. Interrogeons-nous plutôt s...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires