Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

07/11/16 à 10:42 - Mise à jour à 10:43

Faut-il craindre Donald Trump ?

Pourquoi les Américains votent-ils Donald Trump malgré ses propos outranciers ? Et s'il est élu demain, Trump sera-t-il un danger pour son pays et le monde ?

Faut-il craindre Donald Trump ?

© AFP

A un jour des élections américaines, une question revient souvent en Europe : comment quelqu'un comme Donald Trump a pu arriver aux portes de la Maison Blanche ? Comment quelqu'un qui affiche ouvertement son racisme et sa misogynie peut-il briguer le plus haut poste, de la plus grande puissance mondiale ?

A ce genre de question, vous avez par exemple la réponse d'un Sarkozy qui affirme que Donald Trump a du succès auprès de ses compatriotes parce qu'il s'insurge contre le politiquement correct. En d'autres mots, il ose dire ce que les Américains pensent tout bas ou ce que les médias refusent de leur dire ou de leur montrer.

La thèse tiendrait sans doute la route en France, mais certainement pas aux Etats-Unis. Il suffit de regarder un média dominant comme FOX NEWS pour se rendre compte, après 5 minutes, que même Marine Le Pen a l'air d'une sociale-démocrate par rapport aux propos qui sont débités à longueur de journée et cela depuis des années.

Mais vous avez aussi d'autres interprétations comme celle du célèbre écrivain new-yorkais, Douglas Kennedy, qui n'a pas hésité à dire à mes confrères du journal Le Soir que "30% des Américains sont tarés".

Pour lui, l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche n'est pas impossible. Douglas Kennedy a fait le calcul : selon lui, 20% de la population américaine est très bien éduquée, soit 70 millions des personnes tout de même, c'est nettement plus que la population de la France rappelle-t-il. De l'autre côté, vous avez 50% de la population qui lutte pour sa survie ; c'est la classe moyenne et prolétaire. Et enfin, il y a 30% qui sont absolument tarés dit-il. Donc imaginons ces 30% de tarés auxquels on ajoute 21% de la classe moyenne et prolétaire, et ça fait 51% de danger selon lui !

Bon maintenant que le danger est plausible, la seconde question est : faut-il en avoir peur ? La réponse : en matière boursière, certainement. En revanche, pour les affaires internationales et nationales, il faudra se rappeler que le président américain est en réalité un nain politique. Les pères fondateurs des Etats-Unis n'étaient pas des tarés et ont prévu d'éviter l'émergence d'un régime tyrannique. Ainsi, tant la constitution que le système parlementaire américain sont autant de freins et de contrepoids à une éventuelle folie d'un Trump. Folie qui reste d'ailleurs à démontrer car cynique comme il l'est, il peut faire volte-face aussitôt élu.

Partager

Si Trump passe, il y aura des garde-fous, pas tous étanches, mais des garde-fous quand même, et si Hillary passe, le "ouf" de soulagement risque d'être de courte durée.

Et d'ailleurs même si Hillary est élue, il est plus que probable qu'elle se retrouvera face à un Congrès qui lui sera hostile, surtout après les dernières révélations sur ses emails privés et sur le fait que lors des débats télévisés, elle a reçu les questions des journalistes à l'avance.

En résumé, si Trump passe, il y aura des garde-fous, pas tous étanches, mais des garde-fous quand même, et si Hillary passe, le "ouf" de soulagement risque d'être de courte durée car sa présidence et ses réformes risquent d'être bloquées.

En fait, le vrai danger pour le reste du monde, c'est la paralysie de la première puissance économique et militaire du monde - et ça, c'est la vraie mauvaise nouvelle dont on parle peu !

TrendsInformation Services

Nos partenaires