Faut-il avoir peur des taux négatifs ?

05/06/14 à 14:23 - Mise à jour à 14:23

Source: Trends-Tendances

Le taux de base de la BCE s'écrase à 0,15 %, propulsant du coup le taux de dépôt en territoire négatif. Du jamais vu pour la gardienne de l'euro !

Faut-il avoir peur des taux négatifs ?

© EPA

Comme attendu, la Banque centrale européenne (BCE) a une nouvelle fois dégainé ses armes monétaires. A l'issue de sa réunion de ce jeudi, la gardienne de l'euro a annoncé une nouvelle baisse de taux. Avec à la clé une baisse du taux de base, soit le taux auquel elle prêt aux banques commerciales, à 0,15 % (contre 0,25 % auparavant), couplée à un passage en territoire négatif à - 0,10 % du taux de dépôt des banques. Motif ? L'inflation est trop basse. Il faut que les liquidités excédentaires placées par les banques auprès de la BCE soient réinjectées dans le marché, histoire de lutter ainsi contre la déflation.

"Un taux de dépôt négatif revient à faire payer les banques de la zone euro pour déposer de l'argent auprès de la BCE, situe Philippe Ledent, senior economist à la banque ING. La mesure vise à stimuler l'économie au travers de l'investissement et de la consommation. Même si ce n'est pas le cas en Belgique, le crédit aux entreprises a plutôt tendance à se contracter dans la zone euro. Par ailleurs, on peut espérer que cette nouvelle baisse de taux contribue à ce qu'on évite une nouvelle appréciation de l'euro. En théorie, il devrait aussi y avoir un effet positif sur les attentes en matière d'inflation."

Emprunteur vs épargnant

Et l'épargnant dans tout cela ? Il est clair que la tendance baissière que suivent actuellement les taux va à l'avantage de ceux qui empruntent. A contrario, elle ne favorise guère ceux qui mettent de l'argent de côté. BNP Paribas Fortis n'a-t-elle pas récemment annoncé une énième baisse des conditions sur certains de ses comptes d'épargne ? Le taux de base de son compte classique est ainsi passé de 0,50 à 0,40 %. La (petite) prime de fidélité restant, elle, inchangée à 0,10 %. Maigre. Très maigre. D'autant qu'il faut tenir compte de l'inflation (0,36 %). Cette dernière a beau faire du rase-motte, le rendement de votre compte d'épargne s'approche dangereusement, en termes réels, de 0 %.

Ce rendement ira-t-il jusqu'à s'enfoncer dans le rouge, sans même qu'il faille tenir de la hausse des prix ? "L'Euribor devrait pour le moment rester positif, estime Philippe Ledent. Pour avoir des taux négatifs sur le marché interbancaire, il faudrait que ceux de la BCE soient plus négatifs que la baisse attendue de 10 points de base (0,10 %, Ndlr)." Ce n'est donc pas demain que votre banque vous fera payer pour pouvoir déposer de l'argent chez elle. D'autant que des taux négatifs risquent de provoquer plus de déconvenues qu'autre chose. Même si cela s'est déjà vu en Suède, "il y a une limite à la baisse des taux sur le compte d'épargne, complète Philippe Ledent. Ils peuvent difficilement devenir négatifs. Pour une simple raison : si les banques commerciales n'ont pas d'autre choix que de déposer leurs liquidités excédentaires auprès de la BCE, ce n'est pas le cas des épargnants. Ils ont une alternative. Ils peuvent vider leur compte épargne et mettre cet argent sous leur matelas."

En savoir plus sur:

Nos partenaires