Existe-t-il des réticences de la part des autorités fiscales à mettre la main sur l'argent noir?

17/04/15 à 21:03 - Mise à jour à 21:02

Source: Trends-Tendances

Karel Anthonissen, directeur régional de l'ISI, fait à nouveau parler de lui. Il y a quelques semaines, il a envoyé un tweet dans lequel il dénonçait la réticence du gouvernement précédent et du manager du SPE Finances, Hans D'Hondt, à mettre la main sur l'argent caché.

Existe-t-il des réticences de la part  des autorités fiscales à mettre la main sur l'argent noir?

© Belga

Karel Anthonissen est l'inspecteur des impôts le plus connu du pays après l'affaire Karel De Gucht. Anthonissen était aux trousses de l'ancien commissaire européen, qu'il soupçonnait de fraude fiscale. Le directeur de l'Inspection Spéciale des Impôts des Flandres Orientale et Occidentale s'exprime de manière totalement libre, malgré une menace de suspension émanant d' Hans D'Hondt.

Concernant Hans D'Hondt, il déclare : "Lorsque Steven Vanacker était ministre des Finances, il n'y avait aucune clarté sur qui était réellement le patron du SPF Finances. Mais lorsque le ministre Geens a été chargé des Finances, il était clair que l'ancien réseau faisait son travail. Je crois que, dans ce pays, nous avons affaire à un lobbying de la part des personnes issues des cabinets ministériels, qui se soutiennent mutuellement, en toutes circonstances. Sous le radar de la politique gouvernementale, ils instiguent beaucoup de décisions politiques, mais ils interviennent aussi dans des affaires concrètes. Cela peut aller dans des directions opposées. Les petits arrangements entre amis peuvent signifier que vous soyez obligé de laisser une personne tranquille ou au contraire que vous deviez la traiter de manière particulièrement sévère."

Anthonissen donne un exemple concret au niveau de la Justice. "Si vous voyiez comment Jean-Marie De Decker a été poursuivi pour une bagatelle (il avait fait appel à un détective privé pour enquêter sur le rôle de Karel De Gucht au cours d'une opération sale-and-lease-back concernant le bâtiment du tribunal de Veurne, réd.), et comment de grosses affaires de fraudes ne sont tout simplement pas résolues dans ce pays, alors vous comprenez certainement de quoi je parle."

Anthonissen craint que les milliards épargnés en argent noir reviendront dans notre pays sans faire de bruit, maintenant qu'il devient difficile de rester sous les radars à l'étranger. Les fraudeurs fiscaux peuvent encore toujours "réhabiliter" leur argent noir en passant des accords avec l'ISI et le tribunal. En faisant ainsi, les fraudeurs perdent à peu près un tiers de leur capital, à condition qu'il ne s'agisse pas d'argent du crime. Mais d'après Anthonissen, ni l'ISI ni le parquet ne sont suffisamment équipés que pour pouvoir traiter les milliers de dossiers concernés. Il plaide ainsi pour un réajustement de la politique au sein des Finances.

Hans D'Hondt, ancien chef du cabinet des premiers ministres Leterme et Van Rompuy, a immédiatement demandé la suspension d'Anthonissen et a également déposé plainte pour diffamation.

Nos partenaires