Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/02/17 à 13:24 - Mise à jour à 13:24

Et si Trump était, en réalité, le sauveur de notre Vieux Continent ?

Et si l'Europe remerciait Donald Trump ? Dit comme ça, cela a l'air étonnant, mais certains commentateurs n'hésitent plus à penser que celui qui va sauver l'Europe, c'est le nouveau président des Etats-Unis.

Et si Trump était, en réalité, le sauveur de notre Vieux Continent ?

© AFP

En effet, l'adage populaire dit que le seul amour garanti, c'est l'amour propre. Or, notre amour propre est mis à rude épreuve par le nouveau locataire de la Maison-Blanche.

Très clairement, Donald Trump voit l'Europe en rivale des Etats-Unis. Il fait tout pour nous diviser. Comment ? C'est simple, il passe son temps à dire publiquement que le Brexit est une bonne chose, que la Grande-Bretagne a bien fait de quitter ou de vouloir quitter l'Union européenne qui est à ses yeux et celle de ses conseillers qu'un ramassis de bureaucrates dignes de l'Union soviétique.

D'ailleurs, le premier chef d'Etat qu'il a rencontré depuis qu'il est à la Maison-Blanche, c'est Theresa May, le Premier ministre britannique. Il l'a assurée de son soutien.

Plus récemment, un conseiller de Trump a jugé que l'Allemagne profitait d'un euro sous-évalué pour exploiter ses partenaires commerciaux que sont les Etats-Unis mais également les autres pays européens. C'est une manière subtile de semer la zizanie au sein de l'Union européenne et d'encourager les partis populistes à prendre le pouvoir, vu que la plupart d'entre eux veulent sortir de l'euro comme c'est le cas pour Marine Le Pen.

En résumé, Donald Trump a décidé de jouer la carte du "America Great Again", au détriment de son ancien allié européen. Pourquoi faut-il dès lors dire merci à Trump ? Mais parce que grâce à lui, l'Europe est plus que jamais soudée. Tous les observateurs le disent, on n'a jamais vu l'Europe aussi soudée que dans le dossier du Brexit.

Les Anglais ont beau nous menacer de créer une sorte de Singapour, de paradis fiscal de l'autre côté de la Manche, si on ne cède pas à leurs revendications, le chantage ne marche pas.

Partager

L'Europe n'a jamais été aussi bonne que lorsqu'elle est acculée dos au mur.

Pas question de céder un pouce aux Britanniques, pas question qu'ils soient en-dehors de l'Union européenne tout en ayant un pied dedans. Quant à Trump, en affirmant que l'OTAN est mort, que les Européens doivent se défendre tous seuls ou assumer la charge de leur défense, voilà un discours qui va galvaniser notre Vieux Continent et le forcer à prendre son destin en main.

L'Europe n'a jamais été aussi bonne que lorsqu'elle est acculée dos au mur. Avec nos 500 millions de consommateurs, nous sommes - ne l'oublions jamais - la première puissance économique au monde, et le protectionnisme que veut mettre en place Trump pourrait même bénéficier à l'Europe dans ses rapports avec les pays asiatiques. Paradoxalement, en montrant qu'il ne comprenait que les rapports de force, Donald Trump va sans doute réveiller et souder l'Europe. Donc, oui, Many Thanks, Mister President.

Trends/Tendances Information Services

Nos partenaires