Empêtré dans le train de vie de ses ministres, Sarkozy réagit

29/06/10 à 09:00 - Mise à jour à 09:00

Source: Trends-Tendances

Le président français, confronté à une série de polémiques concernant le train de vie de certains membres de son gouvernement, a annoncé lundi que celui de l'Etat serait "vigoureusement" réduit et prévenu ses ministres de sanctions en cas d'utilisation abusive de l'argent public.

Empêtré dans le train de vie de ses ministres, Sarkozy réagit

© Bloomberg

Pour en savoir plus, lisez l'article de nos confrères de L'Expansion.com : "Comment l'Etat veut réduire son train de vie."

Dans une lettre à son Premier ministre François Fillon, Nicolas Sarkozy annonce que "ce chantier (...) consiste à remettre en cause de manière systématique les dépenses courantes injustifiées ou excessives dans le contexte actuel." Le président de la République indique notamment que les ministres paieront leurs frais privés "sur leurs deniers personnels" et qu'ils encourront des "sanctions" en cas d'abus.

Le chef de l'Etat annonce également la suppression de "10.000 véhicules et de 7.000 logements de fonctions d'ici 2013". Il demande la réduction "au strict minimum" du nombre de cérémonies et annonce la suppression "cette année" de la garden party du 14 juillet à l'Elysée, traditionnel rendez-vous politico-mondain organisé à l'occasion de la fête nationale.

Evoquant un "impératif moral", Nicolas Sarkozy estime dans ce texte que "l'Etat doit, plus que jamais, faire preuve d'exemplarité". En butte au gonflement de sa dette, la France a adopté, comme ses voisins européens, des mesures de rigueur budgétaire. Mais dans le même temps, plusieurs affaires révélant le train de vie dispendieux de certains ministres ou mettant en cause leur probité ont mis le gouvernement dans l'embarras.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires