Electricité à Bruxelles : Sibelga conteste, Test-Achats va plus loin

27/10/10 à 09:37 - Mise à jour à 09:37

Source: Trends-Tendances

L'étude publiée hier par le régulateur belge de l'énergie a eu son petit retentissement. "La Creg compare des pommes et des poires !", dénonce Sibelga, gestionnaire de réseau pour l'électricité à Bruxelles. Pour Test-Achats, le gendarme énergétique "enfonce des portes grandes ouvertes !"

Electricité à Bruxelles : Sibelga conteste, Test-Achats va plus loin

© Thinkstock

Sibelga : "La Creg compare des pommes et des poires !"

Sibelga, gestionnaire de réseau pour l'électricité à Bruxelles, estime le tarif annuel de distribution pour un ménage de quatre personnes à 204 euros, au lieu des 280 euros avancés dans une étude de la Commission de la régulation de l'électricité et du gaz.

"Des pommes sont comparées à des poires dans cette étude de la Creg sur les tarifs de l'électricité dans cinq capitales européennes !", dénonce le porte-parole du gestionnaire, détenu à 70 % par les 19 communes de la Région de Bruxelles-Capitale et à 30 % par Electrabel.

Sibelga précise que, pour les gestionnaires de réseau des quatre autres capitales, certains frais sont vus comme des "taxes" alors que, pour Bruxelles, ils tombent dans la rubrique "tarif net". Il s'agit entre autres d'obligations de service public. Ces obligations confiées à Sibelga vont de la protection des clients contre des interruptions éventuelles, aux primes énergie et à l'éclairage public.

"Les gestionnaires de réseau des autres capitales n'ont pas ces coûts, précise le porte-parole. En tenant compte de ces éléments, il ressort que le tarif à Bruxelles est de 204 euros par an et non 280 euros."

Test-Achats : "La Creg enfonce des portes grandes ouvertes !"

L'étude de la Creg ne surprend pas Test-Achats : "La conclusion pointant les prix élevés à Bruxelles en comparaison avec d'autres capitales européennes peut probablement être extrapolée à l'ensemble du territoire, certes avec des résultats différents mais avec une tendance identique", pointe l'association de défense des consommateurs dans un communiqué.

Une comparaison publiée par Test-Achats durant l'été 2009 avait déjà montré des prix plus élevés en Belgique. Pour une consommation de 3.500 kWh dont 1900 kWh en heures creuses, soit le profil de consommation moyen, le classement de TA était le suivant :

- France : 414 euros

- Espagne : 428 euros

- Royaume Uni : 451 euros

- Portugal : 460 euros

- Pays-Bas : 658 euros

- Belgique : 660 euros

- Italie : 708 euros

- Allemagne : 733 euros

Le pays le moins cher était donc la France. La Belgique pointait, elle, à en 6e position, avec un tarif 59 % plus élevé que le prix français.

"Il est vrai que la situation à Bruxelles est particulièrement grave, du fait d'un manque de concurrence encore plus sensible qu'en Flandre et en Wallonie, nuance Test-Achats. Ainsi, depuis le retrait de Nuon de Bruxelles, la capitale ne compte plus que trois fournisseurs pour le résidentiel : Belpower, Electrabel en position hyper-dominante et Lampiris."

Les coûts de distribution de Sibelga constituent, selon la Creg, un des facteurs expliquant les prix élevés à Bruxelles. Il est toutefois à noter que bon nombre de distributeurs en Wallonie et en Flandre pratiquent des tarifs de distribution au moins aussi élevés.

TA demande donc au prochain gouvernement "de travailler sur les aspects suivants : une véritable concurrence et libéralisation sur la production ; une taxe juste et un juste retour de ce que les consommateurs ont payé pour l'amortissement du nucléaire ; des tarifs de distribution équitables pour l'ensemble des consommateurs belges ; un véritable plan énergie pour mettre fin à la dépendance énergétique vis-à-vis de l'opérateur dominant".

Trends.be

Nos partenaires