Ecart salarial: le handicap s'élève en moyenne à plus de 16%

16/07/13 à 11:51 - Mise à jour à 11:51

Source: Trends-Tendances

Le comité ministériel restreint a reçu le rapport sur l'écart salarial qu'a rédigé un groupe d'experts. Ce dernier s'élève, pour 21 secteurs étudiés par le groupe d'experts, en moyenne à plus de 16 %, indique mardi dans un communiqué la Fédération des Entreprises de Belgique (FEB). Le Conseil Central de l'Economie a quant à lui estimé l'écart à 5,2 % "brut", c'est-à-dire sans tenir compte des subsides salariaux.

Ecart salarial: le handicap s'élève en moyenne à plus de 16%

© Belga

A la fin de l'année passée, lorsqu'il a terminé la première épure du budget 2013, le gouvernement a demandé à un collège d'experts (Banque nationale, Bureau du plan, Conseil central de l'économie -CCE- et Institut national des statistiques) d'évaluer le handicap salarial des entreprises belges par rapport aux pays voisins. Le CCE a estimé celui-ci à 5,2 % "brut", c'est-à-dire sans tenir compte des subsides salariaux. Le handicap salarial s'élève en moyenne à plus de 16 % pour les 21 secteurs étudiés par le groupe d'experts, a avancé, de son côté, la FEB.

"Sans la diminution des charges de ces dernières années, notre handicap salarial par rapport à nos principaux partenaires commerciaux aurait été encore bien plus important", souligne la FEB.

Le groupe d'experts s'est aussi penché sur le montant investi par les entreprises dans la formation des travailleurs. Ces investissements atteignent plus de 2,2 %, de sorte que l'objectif interprofessionnel de 1,9 % a été atteint, estime la FEB.

Ce rapport montre que "notre pays a vu sa force concurrentielle s'affaiblir ces dernières années, mettant ainsi à mal notre prospérité et nos emplois". La FEB demande dès lors l'élaboration d'un "pacte de compétitivité" qui devra mettre l'accent sur la diminution de l'écart salarial.

"Une marge suffisante pour entreprendre en Belgique" Il existe en Belgique une marge suffisante pour entreprendre correctement, a réagi mardi le président de la CGSLB aux discussions sur le handicap salarial. Le syndicat libéral déplore que les organisations patronales fassent état d'un handicap salarial de 16%. "La relance ne peut être limitée à une discussion sur le handicap salarial."

La CGSLB n'est pas favorable à la norme salariale et au gel des salaires. "Nous voulons des négociations libres, lors desquelles nous prendrons nos responsabilités." Le syndicat souligne également que le handicap va se réduire dans les prochaines années, puisque l'Allemagne sort d'une longue période de modération des salaires. Un accord dans le secteur allemand du métal prévoit ainsi une hausse des salaires de 5,6% d'ici 2014.

Nos partenaires