Eandis: de plus en plus de communes se rebiffent contre State Grid

28/09/16 à 10:20 - Mise à jour à 11:01

Source: Belga

Le ton est encore monté d'un cran mercredi alors que des tensions sont apparues au sein de la majorité flamande au sujet de la volonté de l'entreprise publique chinoise State Grid d'obtenir une minorité de blocage de 14% dans le réseau flamand de distribution d'énergie Eandis. L'Open Vld s'est rebiffé dans ce dossier ainsi que quelques communes importantes.

Eandis: de plus en plus de communes se rebiffent contre State Grid

© Belga

Un rapport de la Sûreté de l'Etat a mis en garde alors que les enjeux sont sensibles en termes géostratégiques. "Si la Sûreté ne peut faire mieux, (le ministre de la Justice koen) Geens peut y économiser", s'est énervé mercredi le ministre-président flamand Geert Bourgeois réduisant ce rapport à un simple "morceau de papier".

Le ministre-président N-VA s'est exprimé sur la VRT en se rendant au comité de concertation. "Si la Sûreté de l'Etat n'est pas capable d'apporter plus d'informations que ce qui est disponible publiquement sur le net alors je pense que le ministre de la Justice peut encore y faire des économies", a-t-il réagi. Geert Bourgeois se dit prêt à mener une discussion sur ce dossier mais sur base d'informations plus complètes que celles dont tout le monde peut disposer. "Il ne faut pas six mois de recherches pour apprendre que State Grid est une entreprise publique, cela il suffit d'aller le chercher sur le net", a-t-il répété. Le vice-premier ministre fédéral Open Vld Alexander De Croo ne s'est pas laisser décontenancer par les remarques formulées par M. Borugeois. Il s'est contenté de souligner que la Sûreté de l'Etat joue "un rôle crucial pour notre politique de sécurité".

Lire aussi notre analyse: La route de la soie d'Eandis

Gand contre State Grid

La ville de Gand va se prononcer contre l'entrée de la société chinoise State Grid dans le capital de l'intercommunale Eandis si le conseil d'administration de lundi n'est pas ajourné ou si ce point n'est pas retiré de l'ordre du jour. Le conseil communal a arrêté cette décision mardi soir.

"Maintenant qu'il y a eu ce courrier de la Sûreté de l'Etat, nous avons des raisons de ne pas approuver" cette opération, a estimé le bourgmestre gantois Daniël Termont. Hormis Geert Vansnick (Open Vld) qui s'est abstenu, tous les conseillers de la majorité (sp.a, Groen, Open Vld) se sont prononcés contre la transaction. L'opposition (N-VA, CD&V, Vlaams Belang) s'est abstenue. Avec 8% des parts, la ville de Gand est le plus important actionnaire communal de Eandis. La ville des comtes de Flandre est la deuxième entité qui marque son opposition à l'entrée de l'entreprise chinoise dans le capital d'Eandis. Vendredi, la ville de Saint-Nicolas s'était déjà prononcée contre l'opération. Au total, une dizaine de communes refuseront d'approuver le deal. L'accord ne pourra être rejeté que si plus d'un quart des 229 villes et communes s'y opposent.

Nos partenaires