Di Rupo Ier ne touche pas aux intérêts notionnels

11/03/12 à 14:01 - Mise à jour à 14:01

Source: Trends-Tendances

Le gouvernement Di Rupo a maintenu en l'état le système - décrié - de la déduction des intérêts notionnels, ce qui constitue "un important signal positif à l'adresse des investisseurs étrangers", apprécie la FEB.

Di Rupo Ier ne touche pas aux intérêts notionnels

© Belga

La Fédération des entreprises de Belgique a réagi dimanche positivement à l'annonce de l'accord sur l'ajustement budgétaire. Elle a pointé le signal envoyé pour rétablir la confiance sur les marchés européens, les efforts réalisés sur les dépenses de fonctionnement de l'Etat et la stabilité de l'imposition des entreprises. L'organisation patronale souhaite que l'on s'attelle dorénavant à stimuler la croissance économique.

En plus d'adopter des mesures supplémentaires à hauteur d'environ 2 milliards d'euros pour ramener le déficit budgétaire à 2,8 % du PIB, le gouvernement a prévu une marge pour d'éventuelles difficultés imprévues. "Il adresse ainsi aux marchés financiers un signal propre à rétablir la confiance et échappe à la menace d'une sanction européenne de 750 millions d'euros qui pesait sur nous", a souligné la FEB.

Budget 2012 : les intérêts notionnels restent intouchés

Dans une première réaction, la fédération patronale a également applaudi le maintien en l'état du système de la déduction des intérêts notionnels, qui constitue "un important signal positif à l'adresse des investisseurs étrangers".

"Si nous voulons éviter de reporter purement et simplement la facture à l'année prochaine, nous devons nous atteler au cours des prochaines semaines à stimuler la croissance économique : une croissance plus élevée aura en effet un impact positif sur les finances publiques, ce qui permettra de neutraliser l'impact négatif des mesures one-shot prises lors du contrôle budgétaire", a commenté Rudi Thomaes, administrateur délégué de la FEB.

Pour atteindre cet objectif, le gouvernement doit, selon lui, d'urgence intégrer les analyses et recommandations européennes, et veiller au renforcement de la compétitivité des entreprises.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires