Dette et taux en hausse pour la Belgique

16/11/11 à 16:25 - Mise à jour à 16:25

Source: Trends-Tendances

La dette de l'Etat fédéral s'élevait à 355,6 milliards d'euros fin octobre, soit 2,6 milliards de plus qu'en septembre. Les taux des obligations belges à dix ans ne cessent, elles aussi, de progresser...

Dette et taux en hausse pour la Belgique

© Belga

Fin octobre, la dette de l'Etat fédéral s'élevait à 355,649 milliards d'euros, dont 383,717 millions concernant la dette de certains organismes pour laquelle l'Etat fédéral intervient dans les charges financières, a annoncé mercredi la Trésorerie.

L'endettement net du pouvoir fédéral (endettement brut, après déduction des placements financiers et titres en portefeuille) s'élevait à 344,613 milliards d'euros, soit une augmentation de 2,657 milliards d'euros par rapport à septembre. Cette évolution résulte notamment d'un solde net à financer pour le mois d'octobre de 2,632 milliards d'euros et de divers facteurs techniques à concurrence de 27,648 millions d'euros.

La Trésorerie rappelle dans son communiqué que la dette peut évoluer assez fortement d'un mois à l'autre et que l'évolution mensuelle ne reflète donc pas toujours l'évolution annuelle globale.

Fin octobre 2011, la dette à moyen et long terme représentait 84,3 % de l'encours de la dette émise ou reprise par l'Etat fédéral, contre 85,7 % fin octobre 2010. La dette en euros représentait 99,7 % de cet encours, comme l'année passée à la même date.

Calme de courte durée sur le marché obligataire

Les taux à dix ans de la Belgique et d'une série d'autres Etats de la zone euro repartaient à la hausse, mercredi après-midi, après une légère détente observée dans la matinée. La hausse de taux restait toutefois limitée à quelques points de base.

L'écart entre les taux belge et allemand à dix ans (spread) dans le jargon, est repassé au-dessus des 300 points de base (3 %). Vers 14 h, le taux belge à 10 ans atteignait 4,857 %.

Mardi déjà, les taux des obligations belges à dix ans avaient dépassé le plafond symbolique des 5 % avant de se replier quelque peu. Ce qui faisait de notre pays l'un des plus mauvais élèves de la zone euro.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires