Défense : le Pentagone au pain sec et à l'eau... ou presque

10/08/10 à 08:19 - Mise à jour à 08:19

Source: Trends-Tendances

Le Pentagone annonce des mesures d'économie, sur fond de crise économique et de ralentissement prévu de la hausse de son budget dans les années à venir. Il faut dire qu'il représente le premier poste budgétaire des Etats-Unis... et plus de 40 % de l'ensemble des dépenses militaires mondiales.

Défense : le Pentagone au pain sec et à l'eau... ou presque

© EPA

Robert Gates a annoncé lundi une série de mesures pour réduire les coûts de fonctionnement du Pentagone, en particulier la suppression de l'un de ses principaux commandements et une baisse de 10 % du budget consacré à ses sous-traitants.

Le secrétaire américain à la Défense compte ainsi supprimer le Commandement des forces conjointes (Joint Forces Command), basé en Virginie et qui a pour mission d'organiser l'entraînement et le déploiement de soldats provenant de plusieurs corps et appelés à se battre ensemble. Ce commandement jouit d'un budget annuel de 240 millions de dollars, a indiqué Robert Gates lors d'une conférence de presse.

Epargné par le gel des dépenses décidé par l'administration américaine, le Pentagone bénéficie d'un budget 2011 en légère hausse à 700 milliards de dollars, y compris l'effort de guerre en Irak et en Afghanistan.

Le Pentagone a toutefois annoncé en juin son intention d'économiser 100 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années, afin de s'adapter au ralentissement prévu de la hausse de son budget dans les années à venir dans un contexte de crise économique, et après de fortes augmentations annuelles pendant l'administration Bush. Depuis 2001, le budget défense américain a en effet plus que doublé.

Robert Gates, qui a déjà annoncé des coupes claires dans plusieurs gros programmes d'armement, avait récemment critiqué l'inflation des coûts de fonctionnement du Pentagone. Le budget du Pentagone, premier poste budgétaire des Etats-Unis, représente plus de 40 % de l'ensemble des dépenses militaires mondiales.

Trends ;be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires