Croissance : 1 % en Belgique, 3 % dans le monde, 3,5 % aux Etats-Unis

09/06/10 à 17:28 - Mise à jour à 17:27

Source: Trends-Tendances

Le PIB belge a progressé de 0,1 % au premier trimestre de 2010, soit une hausse de 1 % par rapport au même trimestre un an plus tôt. Outre-Atlantique, le président de la Fed table sur une croissance de 3,5 % cette année, et compte faire mieux encore en 2011. Au niveau international, la Banque mondiale prévoit une croissance de 2,9 % à 3,3 %, deux fois plus forte dans les pays en développement que dans les pays à revenus élevés.

Croissance : 1 % en Belgique, 3 % dans le monde, 3,5 % aux Etats-Unis

© Thinkstock

L'activité économique a progressé de 0,1% au premier trimestre de 2010

Le produit intérieur brut, autrement dit l'activité économique belge, a progressé de 0,1 % au premier trimestre de 2010, a annoncé mercredi la Banque nationale dans un communiqué. Par rapport au premier trimestre de 2009, le PIB est en progression de 1 %.

Par rapport au trimestre précédent, la valeur ajoutée dans les services a progressé de 0,1 %, contre + 1,1 % pour l'industrie. La construction enregistre un recul de 3,6 % par rapport au dernier trimestre de 2009, en raison de mauvaises conditions climatiques.

Les dépenses intérieures sont en légère progression, selon la BNB. Les ménages ont augmenté leurs dépenses de consommation privée de 0,5 % mais diminué leurs investissements en logements de 1,1 %.

La formation de capital fixe des entreprises est en retrait de 0,5 %, après une stabilisation au trimestre précédent.

Les dépenses de consommation des administrations publiques continuent de progresser (+ 0,4 %).

Les exportations (+ 1,5 %) et importations (+ 2,4 %) de biens et services sont reparties à la hausse au premier trimestre.

L'emploi, enfin, se serait stabilisé par rapport au trimestre précédent.

Etats-Unis : la Federal Reserve prévoit une croissance de 3,5 % en 2010, plus forte en 2011

Ben Bernanke, président de la Réserve fédérale, la banque centrale américaine, table sur une croissance économique d'environ 3,5 % aux Etats-Unis en 2010, avant d'accélérer "un peu" en 2011. C'est ce qu'il a affirmé lors d'une audition devant la commission budgétaire de la Chambre des représentants, à Washington.

Cette estimation ne constitue pas une révision en hausse de la croissance, puisque ce chiffre correspondait à une traduction sur l'année de la dernière fourchette de prévision de la Federal Reserve, remontant à avril. La Fed publie habituellement des prévisions portant sur le taux de croissance en glissement annuel au quatrième trimestre mais pas sur l'année entière.

Faisant référence à la situation en Europe, Ben Bernanke a également dit aux députés que la Réserve fédérale resterait "extrêmement attentive à l'évolution de la situation à l'étranger et à ses effets éventuels sur l'économie américaine. Si les marchés continuent à se stabiliser, il semble que les effets de la crise de la dette en Europe sur la croissance aux Etats-Unis soient probablement limités."

La Banque mondiale prévoit une croissance mondiale de 2,9 % à 3,3 % en 2010

La Banque mondiale prévoit une croissance de 2,9 % à 3,3 % dans le monde en 2010, deux fois plus forte dans les pays en développement que dans les pays à revenus élevés, selon les prévisions économiques semestrielles publiées par l'institution mercredi à Washington. La World Bank a également prévenu que "la nervosité des marchés concernant la situation budgétaire de plusieurs pays européens à revenus élevés constitue un nouveau défi" pour l'économie de la planète.

Dans sa prévision centrale, où ces pays parviennent à s'extirper progressivement de leurs problèmes de dette publique, elle table sur 5,7 % à 6,2 % de croissance dans les pays en développement, contre 2,1 % à 2,3 % pour les pays développés.

L'institution a également esquissé un "scénario du pire" qui provoquerait ou serait provoqué par le défaut d'un ou plusieurs pays sur leur dette et entraînerait une nouvelle crise de confiance à l'échelle mondiale. Dans ce scénario - que la Banque mondiale estime peu probable - les pays développés retomberaient dans la récession en 2011 et les nations en développement verraient leur économie ralentir sensiblement.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires