Crise de l'euro : "Il est midi moins deux !" (De Gucht)

19/10/11 à 09:43 - Mise à jour à 09:43

Source: Trends-Tendances

Karel De Gucht, commissaire européen au Commerce, a dénoncé la frilosité des décideurs européens face à la crise de l'euro, et leur politique "trop petite, trop tardive" qui a conduit à un "cercle vicieux". Nous sommes à deux doigts de la disparition de l'union monétaire, prévient-il.

Crise de l'euro : "Il est midi moins deux !" (De Gucht)

"De réelles conséquences économiques et politiques inchiffrables" menacent si les dirigeants des pays européens ne s'accordent pas dimanche sur une approche globale de la crise de l'euro, a averti mardi Karel De Gucht, commissaire européen au Commerce, depuis Berlin. "Il est midi moins deux !", a-t-il déclaré lors d'un discours à la prestigieuse université Humboldt avant le sommet européen de dimanche à Bruxelles.

D'après le Belge, la crise actuelle est en grande partie imputable à la politique menée sur le front européen, une politique "trop petite, trop tard" qui a conduit à un "cercle vicieux". "Un schéma s'est développé au cours des 18 derniers mois : les marchés financiers ont attaqué les pays européens fortement confrontés à la dette, ce qui a dévalorisé la valeur des portefeuilles des obligations des banques. Des déclarations ont été faites dans l'urgence mais après une étude approfondie, les marchés ne semblaient pas sous pression et le cercle a redémarré."

D'après Karel De Gucht, les dirigeants de tous les pays européens doivent faire preuve de courage pour convaincre l'opinion publique que des mesures drastiques sont nécessaires pour éviter une situation plus grave.

Le commissaire européen reconnaît que ce ne sera pas une sinécure pour les politiciens qui seront réélus mais, "si la classe politique européenne ne peut prendre des décisions impopulaires sur des réductions, des coupes, la taille du fonds de sauvetage européen et la recapitalisation des banques, l'union monétaire pourrait disparaître avec de réelles conséquences économiques et politiques inchiffrables".

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires