Conseil fiscal : déclarez les frais de votre habitation (5/5)

25/05/12 à 11:10 - Mise à jour à 11:10

Source: Trends-Tendances

On croit souvent que les indépendants sont les seuls à pouvoir établir leurs frais professionnels réels. C'est inexact. Il s'agit d'une faculté laissée à chaque contribuable, laquelle peut même valoir une belle économie d'impôts.

Conseil fiscal : déclarez les frais de votre habitation (5/5)

© Thinkstock

On croit souvent que les indépendants sont les seuls à pouvoir établir leurs frais professionnels réels. C'est inexact. Il s'agit d'une faculté laissée à chaque contribuable, laquelle peut même valoir une belle économie d'impôts.

Si vous prouvez vos frais professionnels réels, une partie de votre revenu imposable échappera à la tranche la plus élevée, ce qui veut dire que le gain pourra atteindre 50 % (plus les taxes communales évitées) des frais déduits.

Vous effectuez régulièrement des dépenses de nature professionnelle ? Rien ne vous empêche de les déduire plutôt que de déclarer le forfait. Inscrivez le total de ces charges sous le code 1258 (ou 2258) du cadre IV (Traitements, salaires, etc.) de votre déclaration. Bien entendu, la démarche n'a de sens que si vos frais réels dépassent le forfait (maximum 3.670 euros pour un revenu professionnel de 60.060 euros).

Les dépenses liées à votre habitation occupent une place importante dans les frais réels. Vous emportez parfois des dossiers à la maison ? Vous vous documentez, vous lisez la littérature spécialisée ? Si vous êtes propriétaire de votre habitation, vous pouvez en amortir une partie (par exemple, un bureau).

Imaginons que la construction vous ait coûté 250.000 euros et que la partie professionnelle représente 10 % de la superficie du bâtiment : vous pouvez déduire chaque année 750 euros (250.000 x 10 % x 3 % d'amortissement - n'oubliez pas que vous ne pouvez pas amortir le prix du terrain). Ajoutez à cela le volet professionnel des autres frais liés à l'habitation (précompte immobilier, assurance incendie, produits d'entretien, électricité, chauffage, etc.)

Vous êtes locataire ? Cela ne vous interdit pas de déduire une partie du loyer au titre de frais professionnels. Il en va de même pour les dépenses de bureau. Songez à votre ordinateur domestique, que vous utilisez aussi pour le travail : ici encore, la part professionnelle est déductible. En principe, le prix d'achat s'amortit sur trois ans. Idem pour l'imprimante, l'écran, le clavier, etc. ; bureau, chaise et autres meubles s'amortissent, eux, en cinq ans.

La partie professionnelle de votre abonnement Internet peut être déduite en une fois, tout comme les petits frais de bureau (fournitures, instruments d'écriture, etc.). Important : conservez toujours les justificatifs. Vous pouvez aussi déduire un GSM ou un téléphone fixe, mais toujours dans la mesure où vous l'utilisez à des fins professionnelles. Les frais d'abonnement sont immédiatement déductibles.

Notez que si votre abonnement Internet est payé par l'employeur, il ne peut naturellement être question de le compter dans vos frais. De même, si votre employeur intervient dans le coût de votre GSM, soustrayez le montant correspondant de vos frais professionnels.

Johan Steenackers, MoneyTalk

Nos partenaires