Combien va coûter le shutdown de l'administration américaine?

01/10/13 à 12:30 - Mise à jour à 12:30

Source: Trends-Tendances

Il n'y a pas eu de miracle : le Tea Party, la faction (très) dure du parti républicain, n'a pas voulu éviter le clash et a mené le gouvernement américain au shutdown, très partiel cependant.

Combien va coûter le shutdown de l'administration américaine?

© Reuters

En d'autres termes, à défaut d'accord sur le budget pour l'exercice 2013-2014 qui commence ce 1er octobre, plusieurs services publics ont dû se mettre en veilleuse. Quelques 800.000 fonctionnaires sont concernés, qui sont ainsi privés de travail... et de salaire. Tandis que la Défense et le contrôle aérien, notamment, ne sont pas touchés, certains services sociaux et médicaux tournent au ralenti, les parcs et musées nationaux étant carrément fermés. Ironie : les engagements se poursuivent normalement dans les services créés par l'Affordable Care Act, la couverture médicale décidée par le président Obama et qui est au coeur de la guéguerre que se livrent les Démocrates et les Républicains.

C'est la première fois que cette situation de shutdown se présente depuis 17 ans, c'est-à-dire depuis l'administration Clinton, a-t-on clamé partout, généralement sans ajouter que c'est aussi la 17e fois depuis 1977 ! Alors, une situation finalement assez anodine ? A Wall Street en tout cas, ce n'est pas la panique : la Bourse américaine a perdu 1,6 % durant les deux séances ayant précédé l'issue fatidique, ce qui n'a rien d'exceptionnel, et elle est attendue en hausse ce mardi.

Sans doute parie-t-elle sur une résolution rapide de la crise. Quelques jours de shutdown ne seraient en effet pas dramatiques au niveau du pays. Seule la capitale Washington en souffrirait sérieusement : la ville perd 200 millions de dollars par jour, du fait du chômage non rémunéré imposé aux fonctionnaires.
Il en va tout autrement si la crise se prolonge durant plusieurs semaines. La banque Goldman Sachs envisage une diminution des dépenses publiques de 8 milliards de dollars par semaine, ce qui pourrait amputer la croissance américaine de 0,8 % au 4e trimestre.
L'agence de notation Moody's va plus loin en évoquant un mali de 1,4 % et une perte de 55 milliards pour l'économie, si la crise dure 3 à 4 semaines.

La gravité de la situation sera donc proportionnelle à la durée de la crise, ce qui explique la relative sérénité des milieux économiques... pour l'instant. Une crise prolongée aurait un autre effet, encore plus dévastateur : il faut que Démocrates et Républicains se mettent d'accord, d'ici le 17 octobre, sur le relèvement du plafond de la dette, lequel est en effet fixé par la loi. A défaut, les Etats-Unis ne pourront plus émettre d'obligations et ne pourront donc plus financer leur déficit budgétaire. Ils seront dès lors en état de cessation de payement, pas moins !

Guy Legrand

Nos partenaires