Chômage stable, mais les perspectives sont sombres

09/11/12 à 14:58 - Mise à jour à 14:58

Source: Trends-Tendances

Le nombre de chômeurs a légèrement diminué au troisième trimestre 2012 en glissement annuel mais, compte tenu de la conjoncture "très maussade" depuis plus d'un an, les perspectives sont sombres pour les prochains mois, avertit vendredi l'Office national de l'emploi (ONEm) dans ses derniers indicateurs trimestriels.

Chômage stable, mais les perspectives sont sombres

© Belga

On comptait, au troisième trimestre 2012, 420.103 chômeurs complets indemnisés demandeurs d'emploi en Belgique, ce qui représente 5.049 personnes ou 1,2% de moins qu'au troisième trimestre 2011.

Une baisse attribuable à la prolongation, de 9 à 12 mois, de la durée du stage d'insertion. Sans cette modification réglementaire, estime l'ONEm, nous aurions vraisemblablement enregistré une très légère augmentation du nombre de chômeurs de l'ordre de 2.000 à 3.000 personnes (+0,5% à +0,7%).

La baisse a été de 2,1% en Wallonie, de 0,6% en Flandre tandis qu'une stabilisation a été constatée à Bruxelles.

Le rapport de l'ONEm constate par ailleurs une augmentation, de 8,7% en unités budgétaires, du chômage temporaire entre le troisième trimestre 2011 et le troisième trimestre 2012.

"Cette augmentation est significative mais reste toutefois sans commune mesure avec celle observée pendant la crise de 2009", constate l'ONEm.

En outre, l'augmentation du chômage temporaire qui a débuté au 1er trimestre 2012 ne s'aggrave pas jusqu'à présent: elle était de 10,2% au premier trimestre et de 15,4% au 2ème trimestre. Et "la suspension pour employés n'a jusqu'à présent pas augmenté et reste encore à un niveau très bas".

Enfin, le nombre de chômeurs avec complément d'entreprise (anciennement prépensions) continue de diminuer (-3,4%).

Si ces résultats sont qualifiés d'"honorables", étant donné la conjoncture, l'ONEm avertit que les perspectives sont "sombres pour les prochains mois". "Les prévisions de croissance sont très basses, d'importantes restructurations sont annoncées, le nombre de faillites continue d'augmenter, le nombre d'heures prestées en intérim continue de diminuer et les offres d'emplois enregistrées par les services de l'emploi sont, après 2009, les plus basses des 5 dernières années", pointe l'ONEm, tout en soulignant que le chômage est reparti à la hausse en septembre et en octobre.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires