Chômage : "Le piège de l'austérité se referme !"

30/04/12 à 11:14 - Mise à jour à 11:14

Source: Trends-Tendances

L'Organisation internationale du travail prévoit 202 millions de chômeurs en 2012 et 5 millions de plus en 2013. En cause : les difficultés d'accès au crédit et les mesures d'austérité mises en place pour "apaiser les marchés financiers".

Chômage : "Le piège de l'austérité se referme !"

© Thinkstock

202 millions de personnes seront au chômage en 2012, soit 6 millions de plus qu'en 2011, ressort-il lundi du rapport annuel sur le travail dans le monde de l'Organisation internationale du travail.

Même si la croissance économique montre des signes de reprise dans certaines régions, la situation mondiale de l'emploi est extrêmement inquiétante et ne laisse entrevoir aucun redressement dans un avenir proche, selon l'OIT, qui affirme que quelque 50 millions d'emplois font toujours défaut par rapport à la situation qui prévalait avant la crise.

Le chômage total, dont le taux atteindra 6,1 % en 2012, progressera encore en 2013, à 207 millions, soit une augmentation de 5 millions, avertit l'organisation : "Il est peu probable que l'économie mondiale croisse à un rythme suffisant ces deux prochaines années pour, simultanément, combler le déficit d'emplois actuel et fournir du travail à plus de 80 millions de personnes qui devraient arriver sur le marché du travail au cours de la même période."

Les tendances sont particulièrement préoccupantes en Europe, où le taux de chômage a augmenté dans près de deux tiers des pays depuis 2010, selon le rapport. La reprise du marché du travail est aussi "au point mort" dans d'autres économies avancées, comme le Japon et les Etats-Unis, et les déficits d'emplois demeurent critiques dans l'essentiel du monde arabe et de l'Afrique.

Les difficultés d'accès au crédit et les mesures d'austérité mises en place pour "apaiser les marchés financiers" sont à l'origine de cette dégradation de la situation de l'emploi, conclut l'OIT : "Le piège de l'austérité est en train de se refermer", estime l'organisation.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires