Chine: la croissance se stabilise, dopée par une consommation robuste

17/04/18 à 14:16 - Mise à jour à 14:16

Source: Afp

La Chine a vu sa croissance économique se stabiliser à 6,8% au premier trimestre, résistant mieux qu'attendu sur fond de consommation robuste, malgré un ralentissement de sa production industrielle, d'une campagne contre les risques financiers et de frictions commerciales avec les Etats-Unis.

Chine: la croissance se stabilise, dopée par une consommation robuste

© Getty Images/iStockphoto

Dévoilé mardi par le Bureau national des statistiques (BNS), le produit intérieur brut (PIB) du géant asiatique a progressé sur les trois premiers mois de l'année au même rythme qu'au dernier trimestre de 2017.

Il s'établit au-delà de la prévision médiane de 13 analystes sondés par l'AFP, qui tablaient au contraire sur un léger essoufflement de l'économie chinoise (+6,7%).

Ils pointaient notamment le refroidissement du crucial secteur immobilier et le durcissement du crédit, à l'heure où Pékin s'efforce d'endiguer l'endettement colossal du pays et les risques financiers qui y sont liés, quitte à freiner le financement de l'activité.

De fait, la production industrielle chinoise s'est fortement essoufflée en mars, progressant de 6% sur un an, et en-deçà des prévisions des analystes sondés par Bloomberg (+6,3%).

La production industrielle avait en revanche nettement accéléré (+7,2%) en janvier-février, soutenue par une demande internationale solide et un bond des exportations --en dépit d'une vaste campagne antipollution qui avait entraîné de nombreuses fermetures d'usines dans le pays.

Par ailleurs, la conjoncture reste dopée par une consommation intérieure toujours très solide: les ventes de détail, baromètre des achats des ménages, ont grimpé de 10,1% sur un an en mars, accélérant par rapport à janvier-février (9,7%). C'est là-encore mieux qu'anticipé par le marché, qui tablait sur une simple stabilisation.

Signe en revanche des efforts de désendettement des autorités, les investissements en capital fixe, reflet des dépenses dans les chantiers d'infrastructures, ralentissent: ils ont gonflé de 7,5% sur un an au premier trimestre, contre une hausse de 7,9% sur les deux premiers mois.

De l'avis des experts, sur le reste de l'année 2018, l'intensification de la campagne menée contre les risques financiers devrait continuer à peser sur le crédit et à contenir la croissance.

Les experts sondés par l'AFP tablent en moyenne sur une croissance annuelle en ligne avec l'objectif "d'environ 6,5%" que s'est fixé Pékin pour 2018, en-deçà du vigoureux sursaut (+6,9%) enregistré en 2017.

Nos partenaires