Chastel : "il faut concrétiser les mesures et adopter le budget 2012"

17/12/11 à 17:17 - Mise à jour à 17:17

Source: Trends-Tendances

Ce n'est qu'en concrétisant rapidement les mesures décidées dans le cadre de la formation du nouveau gouvernement et en adoptant le budget 2012 que l'on pourra faire baisser la pression des marchés à l'égard de la Belgique, a estimé le ministre du Budget Olivier Chastel, en réaction à la décision de l'agence de notation Moody's d'abaisser de deux crans la note de la Belgique.

Chastel : "il faut concrétiser les mesures et adopter le budget 2012"

© Belga

M. Chastel qualifie de "sanction sévère" la décision de l'agence Moody's vendredi d'abaisser de deux crans, de Aa1 à Aa3, la note attribuée à la dette belge. "Ce n'est pas une bonne nouvelle mais ce n'est pas tout à fait une surprise après la décision de Standard & Poor's", a-t-il déclaré le ministre du Budget, contacté par l'agence Belga.

Cette rétrogradation peut avoir pour conséquence, dans les prochains jours ou les prochaines semaines, une tension sur les taux d'intérêts à long terme de la Belgique. Une hausse de taux qui pourrait elle-même avoir des conséquences budgétaires alors que la Belgique devra réemprunter, à court et à long termes, environ 75 milliards d'euros en 2012.

Selon M. Chastel, ce n'est qu'en concrétisant rapidement un certain nombre de mesures en matière d'emploi, de fiscalité, de sécurité sociale, convenues dans le cadre de la formation du nouveau gouvernement fédéral, ainsi qu'en adoptant le budget 2012 que la Belgique pourra récupérer toute sa crédibilité sur les marchés internationaux et à l'égard de la Commission européenne.

Le ministre du Budget, qui espère que le budget 2012 sera adopté à la Chambre à la fin janvier, afin de limiter à quelques semaines le recours aux douzièmes provisoires, souligne, à l'instar de son collègue ministre des Finances, que monitorings et contrôles budgétaires trimestriels seront nécessaires pour veiller à ce que le déficit budgétaire 2012 ne dépasse pas les 2,8% du PIB prévus.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires