"Ce contrôle budgétaire n'aura pas d'impact social négatif", assure le MR

30/03/15 à 13:32 - Mise à jour à 13:31

Source: Belga

Le gouvernement fédéral a bouclé son contrôle budgétaire de printemps sans toucher ni à la TVA ni aux accises, a indiqué lundi le président du MR, Olivier Chastel, assurant que les mesures prises n'auront pas d'"impact social négatif".

"Ce contrôle budgétaire n'aura pas d'impact social négatif", assure le MR

Olvier Chastel Charles Michel. © Belga

Le gouvernement fédéral a bouclé lundi aux petites heures ce contrôle budgétaire 2015, a annoncé le Premier ministre Charles Michel à l'issue d'un week-end de travail.

M. Chastel s'est, dans un communiqué, réjoui de l'accord intervenu au sein du gouvernement. "Le budget 2015 reste sur les rails. Le gouvernement de Charles Michel garde le cap. Il respecte ses engagements européens, assure la crédibilité de notre pays et poursuit ses efforts d'assainissement tout en donnant de l'air à des secteurs qui en ont besoin", a souligné le président des libéraux francophones. Le MR est d'autant plus satisfait que ses demandes ont été entendues.

Selon M. Chastel, l'accord budgétaire contient diverses mesures en faveur des enjeux liés à la sécurité (sûreté de l'Etat, justice, police). Il prévoit aussi un renforcement de la lutte contre la fraude fiscale et sociale.

"Les mesures prises pour soutenir l'emploi dans les PME et l'horeca s'inscrivent par ailleurs dans une démarche constructive de relance de l'économie", poursuit-il.

Toujours selon le président du MR, le gouvernement fédéral a préservé le portefeuille des citoyens. Il n'a touché ni à la TVA ni aux accises. "Ce contrôle budgétaire n'aura pas d'impact social négatif: les plus fragiles sont protégés", a-t-il assuré.

"Ce contrôle budgétaire démontre que le MR a pris ses responsabilités au sein de la coalition fédérale et parvient à y imposer son projet. Les Réformateurs sont engagés pour l'avenir dans un gouvernement qui créera des emplois et sauvegardera notre système de sécurité sociale", a conclu M. Chastel.

Nos partenaires