" C'est un gouvernement qui a l'ambition de sauver le pays "

08/10/14 à 11:50 - Mise à jour à 14:15

Source: Trends-Tendances

Le patronat bruxellois soutient sans réserves le nouvel accord gouvernemental. Le patronat wallon, de son côté, reste muet.

" C'est un gouvernement qui a l'ambition de sauver le pays "

Vincent Reuter, de l'Union Wallonne des Entreprises, Charles Michel et Olivier Willocx (à droite), l'administrateur délégué de BECI. © Belga

Olivier Willocx ne cache pas son enthousiasme. L'administrateur délégué de BECI (la Chambre de commerce et Union des entreprises bruxelloises) estime que l'accord gouvernemental qui se dessine au fédéral va clairement dans la bonne direction. "C'est un gouvernement qui a pour ambition de sauver le pays", lâche Olivier Willocx.

Pour le représentant du patronat bruxellois, le recul de l'âge de la retraite à 67 ans est une décision "courageuse et raisonnable, qu'on aurait même pu prendre plus vite et plus fort." "A titre personnel, est-ce que je suis heureux de devoir travailler plus longtemps ? Non. Mais c'est une solution qui permettra de financer notre système de pension", ajoute Olivier Willocx.

La baisse des charges qui pèsent sur les entreprises ravit également l'administrateur délégué de BECI. "Ce n'est pas un cadeau aux patrons, insiste-t-il. C'est une mesure qui permettra à la Belgique de retrouver de la compétitivité par rapport aux pays voisins. Le pari du gouvernement, c'est que cela permettra à nos entreprises d'engager." Le feront-elles ? Olivier Willocx se fait prudent : "On ne peut jamais être sûr que le volume d'emplois va augmenter. Cela dépendra de l'évolution des conditions socio-économiques."

Le saut d'index ? "C'est une façon de réparer une certaine dérive salariale. Est-il normal que l'on indexe un salaire de 6.000 euros ?", réagit Olivier Willocx.

On l'aura compris, l'accord gouvernemental, dont on connaîtra prochainement les détails, a le soutien du patronat bruxellois. L'administrateur délégué de BECI ne veut pas pour autant parler d'un "gouvernement des patrons" : "C'est un gouvernement qui veut travailler pour le pays, et qui donne la priorité à l'économie. Il faut que le taux d'emploi augmente. Les mesures qui sont sur la table vont dans le bon sens."

Frilosité wallonne

Du côté de l'Union Wallonne des Entreprises, on se montre en revanche beaucoup plus prudent, pour ne pas dire frileux. Contacté par nos soins, l'administrateur délégué Vincent Reuter n'a pas souhaité répondre à nos questions, estimant qu'il devait d'abord voir l'intégralité de l'accord de gouvernement avant de pouvoir se prononcer. Ajoutant ensuite que l'UWE concerterait d'abord la Fédération des Entreprises de Belgique avant toute réaction publique... Un excès de prudence qui est révélateur de la sensibilité des thèmes évoqués.

Justement, à la FEB, Pieter Timmermans se révèle quant à lui nettement plus enthousiaste. Sur les ondes de nos confrères de Bel RTL, l'administrateur délégué s'en effet réjoui de la diminution significative des charges patronales, évoquant "un signal fort du futur gouvernement vis-à-vis des entreprises" et se disant "convaincu que cela allait créer des emplois supplémentaires". Quant au relèvement de l'âge de la retraite à 67 ans, Pieter Timmermans a déclaré ne pas être étonné d'une telle mesure, étant donné que la Belgique est un des derniers pays de la zone euro à ne pas avoir encore suivi le mouvement.

Nos partenaires