Budget 2013: Fronde contre l'austérité de 11 pays de l'UE

15/05/12 à 17:59 - Mise à jour à 17:59

Source: Trends-Tendances

Onze pays parmi les plus pauvres de l'UE ont défendu mardi le projet d'augmentation du budget 2013 proposée par la Commission européenne, une mesure au contraire contestée par les pays les plus riches qui refusent d'augmenter leurs contributions.

Budget 2013: Fronde contre l'austérité de 11 pays de l'UE

© Image Globe

Ces onze pays --Bulgarie, Estonie, Croatie, Hongrie, Lituanie, Lettonie, Pologne, Portugal, Roumanie et Slovaquie-- ont présenté au cours du premier débat entre les ministres des Finances à Bruxelles une déclaration commune dont l'AFP a obtenu copie pour soutenir le projet de budget de 138 milliards d'euros pour les dépenses en 2013, soit une hausse de 9 milliards d'euros (+6,8%).

Leur initiative a été soutenue par l'Italie, la Grèce, la Belgique, la République Tchèque, la Slovénie et l'Irlande, a-t-on appris de sources communautaires.

"Le projet de budget 2013 propose une forte augmentation des paiements pour la politique de cohésion et nous soutenons cette augmentation justifiée et absolument nécessaire", affirment les signataires.

Le projet prévoit 48,9 milliards d'euros pour les politiques de la cohésion, soit une augmentation de 5,1 milliards par rapport à 2012.

"Toute coupe dans les paiements pour ces politiques serait contraire aux besoins réels", expliquent-ils.

Ces dix sept pays se sont ainsi opposés frontalement au bloc des contributeurs nets mené par le Royaume-Uni avec l'Allemagne, la France, les Pays-Bas, la Finlande et l'Autriche, hostiles à toute hausse du budget communautaire en période de crise.

Les contributeurs nets contribuent plus qu'ils ne reçoivent du budget européen.

La Commission européenne espère que l'élection du socialiste François Hollande à la présidence en France va modifier la position française dans ce débat.

"La France était juste derrière le Royaume-Uni dans l'intransigeance, et nous avons l'espoir que cela va changer maintenant", a ainsi confié un haut responsable européen. La France n'a pas pris part au débat mardi à Bruxelles, faute de gouvernement.

Avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires