Budget 2012 : la bonne nouvelle du rapport de la BNB

15/02/12 à 10:35 - Mise à jour à 10:35

Source: Trends-Tendances

L'économie belge devrait reculer de 0,1 % cette année, selon la BNB. Et pourtant, les prévisions de notre banque centrale recèlent une excellente nouvelle pour le budget 2012. Explications.

Budget 2012 : la bonne nouvelle du rapport de la BNB

© Image Globe/Nicolas Maeterlinck

BNB : la croissance de l'économie belge attendue "autour de zéro" en 2012

La croissance de l'économie belge devrait être nulle en 2012, avec une évolution du PIB d'environ - 0,1 %, selon les dernières prévisions de la Banque nationale de Belgique qui tiennent compte de l'impact des mesures décidées jusqu'en janvier par le gouvernement fédéral dans le cadre du budget 2012.

Le Bureau du Plan prévoit de son côté une croissance de 0,1% du PIB cette année. "Nous prévoyons - 0,1 %, c'est un écart très minime, précise Luc Coene, gouverneur de la BNB. On est autour de zéro, c'est clair !"

En 2011, la croissance de l'économie s'était élevée à 1,9 % du PIB. La Belgique est entrée en légère récession durant les derniers mois de 2011, avec une évolution du PIB très légèrement négative au second semestre de 2011. L'activité économique devrait stagner au début de 2012, avant un redressement très limité prévu en seconde partie d'année.

Cette croissance atone se reflétera sur l'emploi. Les créations nettes d'emploi sont attendues désormais à seulement 1.200 unités, ce qui poussera le chômage à la hausse. Le taux de chômage pourrait ainsi atteindre 7,7 % en 2012, selon la BNB, qui table sur une prévision d'inflation légèrement revue à la hausse, à 2,6 %, en raison de certaines hausses de TVA décidées par le gouvernement.

Le revenu disponible des particuliers devrait en outre rester inchangé par rapport à 2011.

Budget : coup de pouce statistique de 1 milliard d'euros

Une nouvelle méthode de calcul des comptes des administrations locales a fait apparaître un déficit public légèrement moindre qu'attendu, de l'ordre de 1 milliard d'euros pour 2012, ressort-il des dernières prévisions publiées par la Banque nationale. La BNB évalue à maximum 2,3 milliards d'euros environ l'effort nécessaire pour ramener le déficit à 2,8 % du PIB cette année.

Selon la banque centrale, qui a tenu compte des dernières mesures décidées par le gouvernement fédéral et notamment du gel temporaire de dépenses fédérales à hauteur de 1,3 milliard d'euros, le déficit public belge devrait atteindre - 3,4 % du PIB en 2012, après - 4 % du PIB en 2011.

Toutefois, la prise en compte d'une nouvelle méthode de calcul, plus représentative, des comptes des administrations locales (communes, provinces, zones de police) fait apparaître des résultats moins négatifs que ce qui avait été estimé jusque-là. Du coup, la dette publique serait sans doute également légèrement inférieure aux 98,9 % du PIB initialement prévus pour 2012.

Concrètement, ce "coup de pouce statistique" signifie que le déficit public pour 2011 serait non plus de - 4 % mais de - 3,8 % du PIB et que la prévision de déficit pour 2012 serait désormais de - 3,1 % et non de - 3,4 %, ce qui correspond à une différence d'environ un milliard d'euros.

"Pour obtenir un déficit public de 2,8 % du PIB, il reste donc 0,3 % à trouver, soit environ 1 milliard d'euros", a chiffré Luc Coene, gouverneur de la BNB, Si le gel temporaire des dépenses de 1,3 milliard d'euros ne devient pas définitif, il faudra compenser ce montants par d'autres mesures, a-t-il encore souligné.

Au total, l'effort maximal pour ramener le déficit à 2,8 % du PIB cette année, comme le prévoit le programme de stabilité, tournerait donc autour des 2,3 milliards d'euros. En outre, une partie de ce montant sera supporté par les Régions et Communautés, celles-ci étant appelées à adapter dans les prochaines semaines leurs budgets aux dernières prévisions de croissance.

Le gouvernement flamand a déjà annoncé qu'il devra trouver 500 millions à 550 millions d'euros pour maintenir son budget en équilibre. Les gouvernements wallon et de la Fédération Wallonie-Bruxelles opéreront leur contrôle budgétaire le 1er mars, avec un effort à fournir qui pourrait atteindre 224 millions d'euros.

Trends.be, avec Belga

Nos partenaires