Bruno Tobback : la Belgique ne peut pas mener la relance seule

02/07/12 à 18:29 - Mise à jour à 18:29

Source: Trends-Tendances

Une économie ouverte comme celle de la Belgique ne peut jamais mener une opération de relance seule, a affirmé lundi la président du sp.a, Bruno Tobback au cours d'une conférence de presse, lançant un avertissement à ceux qui seraient tentés par des "solutions-miracle" ou des "fétiches" qui sont actuellement évoqués dans le cadre du débat sur la relance.

Bruno Tobback : la Belgique ne peut pas mener la relance seule

© Belga

Pour lui il ne peut être question de toucher à l'index ou à l'âge de la retraite. Cela n'est tout simplement pas nécessaire, a-t-il dit.

Le gouvernement fédéral planche activement sur le plan de relance de l'économie belge qui doit être prêt d'ici le 21 juillet. "Il ne s'agira en tout cas pas d'un grand plan de création de 300.000 emplois. Ce n'est pas l'ambition", a commenté le président des socialistes flamands.

Le sp.a refuse que l'on touche à l'index "qui n'est en fait pas le coeur du problème. Si nous n'avions que lui, nous aurions plutôt un avantage qu'un inconvénient", a commenté le président du sp.a

Bruno Tobback est par ailleurs partisan d'un calcul de la marge de progression salariale au-delà de l'index à partir de l'évolution passée des salaires, que de l'évolution prévisible des salaires dans le pays voisins.

Le sp.a ne veut pas d'une diminution générale des charges salariales. Selon lui ce genre de mesure n'aurait que peu d'impact.

Pour Bruno Tobback, il vaut mieux s'attaquer au problème par secteur, par exemple, via une fixation forfaitaire des charges sociales dans le secteur de l'horeca ou via la lutte contre la fraude dans le secteur de la construction.

Il faut rester attentif à l'inflation en raison de son impact sur les familles, les pouvoirs publics et les entreprises. Dans ce contexte, la sp.a entend miser beaucoup sur les énergies renouvelables pour réduire l'impact de l'augmentation du coût de l'énergie.

Le sp.a n'est pas opposé par principe à un glissement des charges, non en augmentant les taux de TVA, mais en imposant le revenu du capital.

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires