Brésil: la plus forte chute de PIB depuis 25 ans

03/03/16 à 14:56 - Mise à jour à 14:56

Source: Afp

Le Produit Intérieur Brut (PIB) du Brésil a reculé de 3,8% en 2015, la plus forte depuis 25 ans, a indiqué jeudi l'Institut brésilien de géographie et statistiques (IBGE, public)).

Brésil: la plus forte chute de PIB depuis 25 ans

© Reuters

Cette chute du PIB est la plus sévère depuis 1990, le PIB ayant alors chuté de 4,3%, mais, selon les calculs en vigueur actuellement, c'est la plus forte depuis 1996, souligne l'IBGE.

La chute a été entraînée notamment par le recul de l'industrie minière (-6,6% au 4e trimestre, selon l'IBGE, et le seul secteur ayant connu une croissance l'an dernier est celui de l'agriculture-élevage, en hausse de 1,8% par rapport à 2014.

L'industrie comme un tout a reculé de 6,2% et les services de 2,7%.

Avec ces chiffres, l'économie brésilienne doit connaître un des pires résultats parmi les pays d'Amérique latine, suivie seulement par le Venezuela, dont le PIB devrait reculer de 10%, selon la prévision du Fonds monétaire international (FMI). Si ces pronostics se confirment ce sera aussi le pire résultat des pays émergents des BRICS (Brésil, Chine, Russie, Afrique du Sud et Inde).

La Banque centrale du Brésil avait prévu un recul du PIB de 4,1% en 2015 et le FMI de 3,8%, ce qui s'est confirmé.

Le géant sud-américain est entré en récession au deuxième trimestre 2015 après quatre ans de croissance médiocre.

Au premier trimestre 2015, la contraction avait été de 0,8% (par rapport au précédent), au deuxième de 2,1%, au troisième de 1,7% et au quatrième de 1,4%.

En 2014, la croissance du Brésil, la 7e puissance mondiale, s'était limitée à un piètre +0,1%, très loin du boom de 2010 quand le PIB avait bondi à +7,5%.

Le gouvernement s'attend à un nouveau recul du PIB en 2016, de 2,9%. Les prévisions du marché et du FMI sont plus pessimistes encore car elles tablent sur une contraction de 3,4% et 3,5% respectivement.

Et pour 2017, le FMI prévoit une croissance zéro pour le Brésil. Si ces chiffres se confirment de sera la pire récession en un siècle.

Outre la situation économique difficile, le pays est également secoué par un tsunami de révélations liées au scandale de corruption qui concerne le groupe public pétrolier Petrobras qui ont déchaîné une crise politique profonde. La présidente de gauche, Dilma Rousseff est menacée d'une procédure de destitution soutenue par l'opposition.

En savoir plus sur:

Nos partenaires