Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

02/01/18 à 10:31 - Mise à jour à 10:36

'Bonnes résolutions: focalisons-nous sur les changements qui auront le plus d'impact'

L'an neuf est souvent le moment de nouvelles résolutions. Comment faire pour perdre une mauvaise habitude et en acquérir une bonne ?

'Bonnes résolutions: focalisons-nous sur les changements qui auront le plus d'impact'

© Getty Images/iStockphoto

Avant les fêtes, j'ai pu lire, comme vous sans doute, des tas d'articles horribles sur les conséquences néfastes des repas et boissons ingurgités durant les fêtes. Des articles tellement négatifs que j'ai décidé de prendre comme nouvelle résolution pour l'année nouvelle... de ne plus lire.

Bon, j'avoue, c'est une mauvaise blague (1), et surtout un prétexte pour parler des bonnes résolutions prises en début d'année. A propos des résolutions de début d'année, il y a deux écoles. D'un côté, ceux qui se disent qu'elles ne servent à rien car, au final, il est rare de les respecter. Ce qui revient également à dire qu'on ne veut pas changer, qu'on n'a rien à apprendre et qu'on préfère le statu quo. De l'autre côté, il y a ceux et celles qui veulent changer ou en tout cas modifier une partie, modeste sans doute, mais une partie quand même de leurs habitudes de vie. Ceux-là ont bien compris qu'il n'y a en réalité personne sur leur chemin pour les bloquer, à l'exception d'eux-mêmes et leurs doutes, comme le faisait remarquer le coach américain Robert Kiyosaki.

Partager

Plutôt que d'avoir plusieurs résolutions interminables dans sa check-list, prenons seulement les 20% qui auront 80% d'impact

Imaginons que vous optiez pour la seconde option, celle des personnes qui veulent changer. Comment faire pour perdre une mauvaise habitude et en acquérir une bonne ? Pas simple comme question. La preuve, c'est que la plupart des résolutions restent lettres mortes après quelques jours ou quelques semaines. Mais la bonne nouvelle, c'est qu'un économiste italien, mort il y a très longtemps, peut nous aider. Cet économiste, c'est Vilfredo Pareto. Il avait développé la loi 80/20 qui porte d'ailleurs son nom et a suscité la publication de tas de livres sur le sujet. Cette loi décrit comment 80% de nos résultats sont en réalité le fait de seulement 20% de nos actions. Par exemple, dans la plupart des sociétés, 80% des ventes sont le fait de 20% des produits, et les autres 80% de produits ne ramènent que 20% des revenus. Et ce principe de la fameuse loi des 80/20 s'applique aussi en réalité à notre vie privée. Autrement dit, faites le constat, il est probable que 20% de nos habitudes soient responsables de notre bonheur. C'est sans doute nos deux séances de sport par semaine ou le repas hebdomadaire avec notre conjoint qui fait partie de ces 20%.

A contrario, la loi 80/20 explique sans doute que 20% de nos mauvaises habitudes sont à l'origine de notre mal-être. Trop de boissons le vendredi ou un refus systématique de se lever à l'heure, provoquant systématiquement une course contre la montre matinale, ou que sais-je encore. Donc, oui, en prenant une bonne résolution en ce début d'année, faisons appel à la loi 80/20 de l'économiste Pareto. Focalisons-nous sur les changements qui auront le plus d'impact.

Autrement dit, plutôt que d'avoir plusieurs résolutions interminables dans sa check-list, éliminons certaines et prenons seulement les 20% qui auront 80% d'impact. C'est une manière de concentrer sa volonté et de ne pas se disperser. Voilà mon petit conseil pour ce début d'année. Il a l'air simple, mais l'expérience montre qu'il est drôlement efficace.

(1) Inspirée par Shane Parrish

En savoir plus sur:

Nos partenaires