Belgique dégradée : Moody's fait flamber nos obligations

19/12/11 à 10:51 - Mise à jour à 10:51

Source: Trends-Tendances

Moody's a dégradé la notation belge de deux crans vendredi. En cause, notamment : le sauvetage de Dexia et son poids pour les finances de l'Etat. L'Agence de la dette s'étonne... En attendant, le taux belge des obligations linéaires à 10 ans a aussitôt progressé d'une dizaine de points de base lundi.

Belgique dégradée : Moody's fait flamber nos obligations

© Reuters

Moody's a abaissé vendredi la note attribuée à la dette de la Belgique de deux crans, à "Aa3" contre "Aa1" précédemment. L'agence d'évaluation financière a invoqué la détérioration des conditions de financement pour les Etats de la zone euro, les risques pour la croissance de l'économie belge et le coût budgétaire que pourrait avoir le sauvetage de banques, dont Dexia.

L'agence avait placé la note de la Belgique sous surveillance en octobre. Une note "Aa3", la quatrième meilleure sur son échelle, correspond à un émetteur de dette de bonne qualité. La perspective est cependant "négative", ce qui signifie que l'agence pense qu'elle pourrait encore abaisser la note.

Moody's abaisse la note de la Belgique de deux crans pour 3 raisons...

1. Les tentions sur le financement des pays de la zone euro. "La fragilité des marchés de la dette publique est de plus en plus accusée et a peu de chances de s'arrêter dans un avenir proche, indique Moody's dans un communiqué. Cela se traduit dans un potentiel accru de tensions sur le financement des pays de la zone euro avec une dette publique et des besoins de refinancement comme la Belgique."

2. Les risques accrus à moyen terme pour la croissance économique. Le deuxième motif de la décision de Moody's "est la hausse considérable des risques à moyen terme pour la croissance économique, bien au-delà de tout ajustement cyclique normal, dans la petite et très ouverte économie belge", a poursuivi l'agence de notation.

3. L'émergence de nouveaux risques pour l'économie belge. Enfin, l'agence a relevé "l'émergence de nouveaux risques qui créent une plus grande incertitude quant aux implications d'engagements conditionnels en faveur du secteur bancaire pour les finances de l'Etat." En ligne de mire de Moody's : Dexia, bien sûr.

... et fait aussitôt flamber les taux belges des obligations linéaires à 10 ans

Le taux belge des obligations linéaires à 10 ans a progressé d'une dizaine de points de base lundi, à 4,3 %, après la dégradation de deux crans de la note belge par Moody's. Une décision qui ne cesse d'étonner l'Agence de la dette, qui l'estime parfaitement "exagérée".

"A long terme, les économies ouvertes s'en sortent mieux que les économies fermées, a argumenté Jean Deboutte, directeur de la stratégie à l'Agence de la dette, pointant également l'importance trop importante attribuée par Moody's aux conséquences de la débâcle de Dexia pour l'Etat belge. De cette manière, les agences de notation perdent leur crédibilité."

Trends.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires