Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Lire la chronique d'Amid Faljaoui
Amid Faljaoui, directeur des magazines francophones de Roularta.
Opinion

19/09/14 à 11:13 - Mise à jour à 12:12

Belgique: 15% des 15-29 ans se retrouvent non scolarisés et sans emploi

C'est le genre d'information dont on se serait bien passé. Mais c'est aussi une réalité, et il ne faut pas chercher non plus à la cacher... A en croire une nouvelle étude de l'OCDE, une organisation qui regroupe les principaux pays industrialisés du monde, les jeunes Belges semblent être découragés ! En effet, 15% des 15-29 ans se retrouvent non scolarisés et sans emploi.

Belgique: 15% des 15-29 ans se retrouvent non scolarisés et sans emploi

© Thinkstock

C'est un chiffre qui est dans la moyenne des pays de l'OCDE mais à la différence des autres pays, notre moyenne à nous ne cesse d'augmenter depuis des années alors qu'elle est en baisse ailleurs !

Pour les économistes de l'OCDE, le pourcentage de jeunes non scolarisés et sans emploi est un bien meilleur indicateur des difficultés éprouvées par les jeunes à trouver un travail que le taux de chômage. De plus, au final, ces jeunes en déshérence risquent de perdre de précieuses compétences et de voir leurs perspectives financières et professionnelles être totalement bouchées... C'est en soi un véritable crime contre la jeunesse car non seulement c'est une perte énorme de capital humain mais de plus l'Etat aura un manque à gagner fiscal important. Bref, toute la société est perdante.

Le danger de ce genre de situation, c'est qu'on risque d'avoir deux catégories de jeunes à l'avenir si rien n'est fait pour remédier à cette situation. Les jeunes qui seront éduqués, polyglottes et qui refuseront de payer les dettes que les ainés leur auront laissées : je parle de la dette sur le vieillissement, la dette publique et même la dette environnementale... Ces jeunes éduqués risquent de voter avec leurs pieds c'est-à-dire de partir ailleurs pour un avenir plus radieux.

Quant aux autres, ceux qui n'ont pas ces compétences, ils risquent de former un nouveau prolétariat à l'avenir sombre ou de se sherwoodiser comme le fameux Robin des Bois. Autrement dit, sortir de la société civile pour se cacher dans des zones de non droit...

Ce n'est pas vraiment l'avenir qu'une société digne de ce nom souhaite offrir à ces jeunes. Donc, oui, cette étude de l'OCDE démontre une fois de plus que la priorité des priorités, c'est la baisse du chômage et en particulier chez les jeunes. C'est une question de cohésion sociale absolument vitale.

En savoir plus sur:

Nos partenaires